Emmanuel Macron veut structurer l'Islam en France, et il a promis des annonces pour le mois de juin... Mais sur le terrain, les acteurs n'ont eu aucune nouvelle sur le sujet.

Emmanuel Macron au CFCM pour la fin du jeûne du Ramadan
Emmanuel Macron au CFCM pour la fin du jeûne du Ramadan © Maxppp / Jacques Witt

Aujourd'hui, l'interlocuteur officiel du pouvoir sur l'Islam, c'est le CFCM, le Conseil Français du Culte Musulman, né en 2003 et censé représenter l'Islam de France. Mais il est grippé par ses luttes intestines et l'influence des pays d'origine : Maroc, Algérie, et Turquie. À sa tête depuis l'an dernier, un entrepreneur d'origine turque, Ahmet Ogras. Pour lui, "le CFCM a le mérite d'exister. On est faible, mais les personnes qui le critiquent doivent tenir compte de nos moyens. On parle d'une réforme d'un culte, mais aucun membre du CFCM n'a été consulté : faites-nous confiance !"

Mais cette confiance est érodée. Les projets passés du CFCM (certification des imams, charte de l'imam...), censés promouvoir un islam tolérant et ouvert, n'ont pas eu le succès escompté. Et sur le terrain, de nombreux fidèles, comme ces deux femmes qui enseignent l'arabe à la Grande Mosquée de Lyon, ne se sentent aujourd'hui pas représentées, ni défendues, au niveau national : "il y a trop de polémiques autour de l'islam, et on a l'impression qu'il n'y a personne pour nous défendre".

Ici, dans le Rhône, sans attendre les annonces d'Emmanuel Macron, les musulmans s'organisent. Avec la création récente d'un Conseil théologique des imams : une première en France. À la manœuvre, Azzedine Gaci, recteur de la Mosquée de Villeurbanne, et Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon. Ils plaident pour un travail local plus que national, avec une collaboration d'une cinquantaine d'imams, notamment sur la question de la déradicalisation. "Souvent, ils sont livrés à eux-mêmes, et le CFCM n'a jamais fait ce travail, en 15 ans d'existence.", expliquent les deux hommes. "Jamais, au niveau national, on n'a réuni les imams pour qu'ils échangent leurs expériences et leur dire ce qu'il faudrait faire dans des situations difficiles, quand il y a un attentat par exemple."

Vous allez dans toutes les mosquées, je ne pense pas qu'il y ait un imam qui soit ouvertement radical aujourd'hui, ça n'existe pas. Je pense même que c'est l'inverse. On a tellement fait peur à l'imam aujourd'hui qu'il fait vraiment le minimum concernant le radicalisme, le terrorisme : "j'en parle pas, je ne sais pas comment ça va être compris et ça peut se retourner contre moi"...

Malgré ce projet, les deux recteurs n'ont pas été contactés, non plus, par les équipes d'Emmanuel Macron.

Des pistes et autant de blocages potentiels

La question, c'est qui a été consulté ? Quelques noms ont fuité dans la presse... Hakim el Karoui, par exemple, qui avait piloté l'étude décriée de l'Institut Montaigne sur les musulmans de France. Il dresse des pistes de réforme qui auraient l'attention du président : une nouvelle structure nationale, qui centraliserait la collecte d'argent lié au halal, aux pèlerinages, et qui utiliserait cet argent pour la construction de mosquées, ou la formation des imams.

"Aujourd'hui, on a un système national qui n'existe pas : le budget du CFCM c'est 30.000 euros", regrette-t-il. "Il y a les pays étrangers qui sont très réticents à l'organisation nationale, parce qu'ils veulent maintenir leur influence. Et on a des plateformes régionales de plus en plus puissantes, qui vous disent que ce n'est pas possible parce que 'les musulmans, vous savez, ils sont très divisés'. On a donc plein de gens qui ont des conflits d'intérêts politiques et financiers. Il faut créer une organisation avec des acteurs assez nouveaux, qu'il faut d'une certaine manière susciter."

Et le rôle de l'État serait là, selon Hakim el Karoui : aider à faire émerger ces nouveaux acteurs, dont les identités restent encore bien mystérieuses. Mais l'homme semble aujourd'hui fédérer contre lui : "un penseur qui ne connait rien au terrain", pour Fateh Kimmouche, influenceur sur le net avec son site Al-Kanz, et représentant d'un islam orthodoxe. Il rejette l'idée même d'une organisation de l'islam :

Vous avez un schéma simpliste, qui passe super bien dans l'opinion française : "ne vous inquiétez pas, nous allons vous protéger contre le terrorisme, regardez, nous sommes en train d'organiser l'islam de France". Pourquoi ça ne peut pas marcher ? Parce que ça n'est pas dans l'ADN de l'islam que d'avoir un clergé.

Des doutes aussi du côté du chercheur et imam réformiste d'Ivry, Mohamed Bajrafil. Qu'un président de la République française cherche à impulser la réorganisation d'un culte, ça le questionne : "ça donnera l'impression que l'État veut s'emparer d'une religion en particulier, et s'imposer. _Ce n'est pas bon, surtout dans un État laïc._"

Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, peu de commentaires, on assure "mener la réflexion". Mais la date promise approche et ceux, nombreux, qui attendaient une prise de parole lors de la rupture du jeûne, à laquelle le président a été convié fin mai, commencent à douter.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.