16e étape de notre série "Allons en France" : la Guyane et ses barrages routiers, sur fond de mobilisation générale sur tout le territoire.

Le barrage routier de la Crique fouillée, en Guyane
Le barrage routier de la Crique fouillée, en Guyane © Radio France / Clémence Bonfils

Symbole de la grève des Guyanais, les barrages routiers se multiplient et se renforcent alors que la contestation dure dans le temps. Philippe Randé s'est rendu sur le rond point de la Crique Fouillée à la sortie de Cayenne.

Depuis bientôt 3 semaines, et malgré le milliard d’euros promis par le gouvernement, des camions bloquent tous les accès. Sauf véhicules d'urgence, les voitures sont contraintes de faire demi tour.

Et autour du rond point pullulent des tentes où se réunissent 24 heures sur 24 les Guyanais. C’est dans l'une de ces tentes que Francesca nous attend avec une cocotte minute dans les mains.

Francesca, sur le barrage routier de la Crique fouillée, en Guyane
Francesca, sur le barrage routier de la Crique fouillée, en Guyane © Radio France / Clémence Bonfils

Elle raconte son sentiment d'insécurité, elle qui a été braquée en plein jour il y a deux semaines, sa fille dans la voiture : "Chaque fois que l'on va au distributeur, nous avons les vitres teintées, les portes bloquées, avant d'y aller on regarde à droite et à gauche, c'est invivable".

Boycott de la présidentielle

A bout de nerf, les Guyanais sont nombreux à appeler à un boycott du scrutin. A l'image de Carole et Nadia, qui ne mâchent pas leurs mots lorsqu'elles donnent leur opinion sur les 11 candidats à l'élection présidentielle.

Elles regrettent ces candidats qui parcourent le lieu "en hélicoptère" et dont aucun ne "connaît la Guyane".

► RÉÉCOUTEZ | Retrouver tous nos reportages sur notre carte interactive

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.