Par Jean-François Achilli et Alexandra AckounNicolas Sarkozy invité de l'émission "Paroles de Français" ce soir à 20h sur TF1. Avec Jean-François Achilli, chef du service politique de France Inter et Alexandra Ackoun, notre spécialiste médias... Comme l’an dernier, le chef de l’Etat répondra aux questions d’un panel de Français, sous la houlette de Jean-Pierre Pernault. Qu’est-ce qui va changer cette année, Alexandra ?Alexandra Ackoun : Nicolas Sarkozy, contrairement à l'an dernier, ne fera pas d'intervention dans le 20h. TF1 explique qu'en 2010, le chef de l'Etat n'avait pas donné de grande interview politique à la télé, qu'il n'y avait pas eu de conférence de presse... Or, là il y en a eu une, le 24 janvier. C'est peut-être aussi une question pratique, puisque ce soir "Paroles de français" ne sera pas en direct du siège de TF1 à Boulogne Billancourt, mais dans les anciens locaux de Canal Plus, dans le 15ème à Paris... L'Elysée trouvait le studio de l'an dernier trop petit. Coté mise en scène, TF1 joue le mystère mais Nicolas Sarkozy aurait demandé un décor intimiste, avec une table ronde, familiale, pour une ambiance « discussion au coin du feu ». Le contexte politique est pour le moins défavorable au Président cette année ?Jean-François Achilli : très défavorable! Les révélations sur les vacances de luxe et les avions de Michèle Alliot-Marie et de François Fillon, qui avait caché sa propre histoire pendant que sa ministre se débattait dans les médias, ces affaires à répétition commencent à lasser les Français. En fait, rien n’a changé depuis le dernier remaniement qui devait permettre à Nicolas Sarkozy de changer de style. Vous y ajoutez le mouvement de colère des magistrats... la diplomatie française qui a pataugé avec la Tunisie et Egypte en révolution... Et puis le chômage n’a toujours pas baissé, contrairement à ce que le président a annoncé lors de la précédente émission. Le climat donc est quelque peu… chargé. Nous verrons s’il va peser dans la discussion face aux Français sélectionnés. Ils seront 9, au lieu de 11 l'an dernier, pourquoi?Alexandra Ackoun : L'Elysée avait trouvé la première émission trop longue : 2h et demie. Elle sera réduite à 1h30. Et pour que chacun ait le temps de dialoguer avec le chef de l'Etat, ils ne seront que neuf face à lui. Des « vrais gens » qui ont été repérés dans des reportages des JT de la chaîne. Chacun incarnera un thème : une étudiante, pour parler débouchés et emploi des jeunes… un agriculteur… un volet éducation nationale avec une institutrice… Vous y ajoutez un médecin de campagne, pour parler ruralité, un thème cher à Nicolas Sarkozy… On parle aussi d'une pharmacienne cambriolée à plusieurs reprises, d'un ex-chômeur qui vient de retrouver un emploi et d'un homme dont l'épouse est trop faible pour être autonome. TF1 refuse de confirmer le casting. Une chose est sûre, pas de militant politique ou de syndicaliste! Celui de l'an passé, Pierre Le Ménahès, cégétiste dans l'industrie automobile, avait donné trop de fil à retordre au président. La fronde des magistrats pourrait être abordée via les questions des internautes, grande nouveauté de cette année- ou par Jean-Pierre Pernault lui même. En revanche, la Tunisie: pas un mot ! Le sujet est jugé « hors cadre » par le présentateur star du 13h. Mais alors, qui va poser les questions qui fâchent?Jean-François Achilli : Et bien… les Français ! Du moins, « ceux qui seront sur le plateau, et nous verrons alors s’il s’agit de leurs préoccupations », explique l’Elysée, qui fait le pari que tout ce dont il est question depuis une semaine à la une des journaux n’intéresserait que les journalistes, et pas les vraies gens, qui auraient d’autres soucis... bon, Laurence Ferrari aura peut-être sa fenêtre de tir dans le 20h… En tous les cas, ce soir, Nicolas Sarkozy voudra jouer le peuple contre les élites. Et la sanction, ce sera l’audimat ! Combien de personnes devant leur poste l’an dernier?Alexandra Ackoun : 8,6 millions de téléspectateurs ont suivi « Parole de Français ». Et cette année, TF1 affirme ne pas avoir d'objectif d'audience ! Ce qui n’est pas le cas pour Nicolas Sarkozy...Jean-François Achilli : Son objectif est au contraire de faire un carton en audience, atomiser le score précédent pour faire mentir tous ceux qui le disent au fond du trou. Du coup, les toutes dernières polémiques, qui font la une de l’actualité, sont peut-être toxiques en termes d’opinion, Mais elles constituent - paradoxalement - un merveilleux produit d’appel pour cette émission qui s’annonçait au fond assez… classique, pour ne pas dire autre chose. Du coup, tout le monde a un peu envie de la regarder… Un proche du chef de l’Etat parle même d’un « teasing » de l’actualité, qui devrait attirer encore plus de monde devant la lucarne ce soir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.