Saliha chez elle
Saliha chez elle © Géraldine Hallot/Radio France

Saliha Ben Ali vient de perdre son fils de 19 ans, parti combattre en Syrie. Il s'appelait Sabri, il était belge et bien intégré, mais en quelques mois il s'est radicalisé, jusqu'à son départ en août dernier, pour aller se battre.

Son histoire rappelle celle de ce toulousain mort la semaine dernière dans la région de Homs.

Sabri 19 ans mort en Syrie le 8 décembre
Sabri 19 ans mort en Syrie le 8 décembre © Géraldine Hallot/Radio France
Au total 4 000 européens sont partis faire le jihad en Syrie et ce sont la France et la Belgique qui sont le plus touchées par ces départs. > Mon fils s’est radicalisé en quelques semaines, ils ont joué sur sa mauvaise connaissance de l’Islam pour lui faire croire que l’Islam pratiqué en Europe n’est pas la vraie religion Saliha Ben Ali est aujourd'hui une mère brisée qui nous a reçus chez elle à Vilvorde, une mère qui ne comprend pas ce qui a pu se passer. Le 8 décembre dernier, un syrien a appelé son mari : > Votre fils est tombé dans les sentiers d’Allah, soyez fiers de lui
Aujourd'hui Saliha craint que son fils aîné Ismail rejoigne lui aussi la Syrie. Il a été abordé par des recruteurs via Facebook sur le thème "sois un héros comme ton frère" et cette mère lance un cri d'alarme pour éviter que d'autres jeunes partent faire le djihad en Syrie. Ces jeunes, sont abordés via les réseaux sociaux mais pas seulement, des recruteurs gravitent aussi près des mosquées, comme à Vilvorde, une ville qui détient le triste record en Europe avec 30 départs ces derniers mois Et à la mosquée les recruteurs agissent au vu et au su de tout le monde, et ça révolte ce père de famille dont le fils est parti en Syrie en août. Il tient à rester anonyme. > Deux personnes ont été approchées dans la Mosquée, ils prennent des jeunes et les manipulent
L'un de ces recruteurs présumés a été arrêté en décembre par la police belge Il s'appelle Jean-Louis Denis, c'est un musulman converti. Il est actuellement en prison inculpé pour "appel au terrorisme" Nous avions pu le rencontrer lors d'un reportage à l'automne dernier. Il avait nié être un recruteur mais voilà ce qu'il nous disait **Jean-Louis Denis** > Le paradis n'a jamais été aussi proche. Il suffit de 100 euros
Pour empêcher tous ces jeunes d'aller en Syrie, il faut par exemple faire de la prévention dans les mosquées. C'est ce que demande Maître Alexis Deswaef, l'avocat de l'association belge "Les parents concernés" qui regroupe les familles de jeunes partis en Syrie **Alexis Deswaef** > Il faut intervenir avec des gens qui peuvent répondre aux questions sur la religion et sur les conflits comme celui en Syrie
Saliha Ben Ali a écrit une lettre pour tenter d'aider d'autres parents. > A nos garçons, à nos filles, à nos frères. Méfiez-vous des beaux parleurs qui vous abordent dans la rue, le tram, le métro et dénigrent vos parents...
La lettre que Saliha a écrit pour les autres parents
La lettre que Saliha a écrit pour les autres parents © Géraldine Hallot/Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.