Le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie a fermé ses portes fin décembre. Que devient la Bosnie ? Un lieu d’investissement et de vacances pour les Arabes du Golfe qui viennent y dépenser leurs pétro-dollars.

Le siège du grand mufti de Sarajevo qui représente l’islam traditionnel de Bosnie
Le siège du grand mufti de Sarajevo qui représente l’islam traditionnel de Bosnie © Radio France / Christian Chesnot

Depuis quelques années, Sarajevo est devenue un eldorado pour les touristes des pays du Golfe. Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie a fermé ses portes fin décembre, une page noire se tourne. 

Qatar Airways vient d'inaugurer un vol direct entre Doha et la capitale bosniaque, une destination bon marché mais qui présente aussi d'autres avantages. Pour l'économie locale, c'est une bouffée d'oxygène.

Le taux de chômage des jeunes avoisine les 60% ! L'économie tourne au ralenti et donc les pétro-dollars du Golfe sont les bienvenus. 

Signe de cet engouement des pays du Golfe, leurs investissements à Sarajevo se multiplient, comme la construction d'un village de vacances de 200 villas dans la région de Sarajevo. 

L'entrée du Sarajevo Resort, inauguré il y a deux ans, ce village de vacances pour les Arabes du Golfe est financé par le Koweit.
L'entrée du Sarajevo Resort, inauguré il y a deux ans, ce village de vacances pour les Arabes du Golfe est financé par le Koweit. © Radio France / Christian Chesnot

Ces investissements pour les vacanciers ne sont pas neutres. 

Parallèlement, l'Arabie, le Qatar et le Koweit ont aussi financé un vaste programme de mosquées. 

Résultat : l'islam wahhabite est en train de dénaturer l'islam bosniaque, tolérant et ouvert.

La mosquée du roi Fahd de Sarajevo, financée par l’Arabie saoudite
La mosquée du roi Fahd de Sarajevo, financée par l’Arabie saoudite © Radio France / Christian Chesnot

Les autorités bosniaques sont bien conscientes des dangers, et notamment des risques de radicalisation mais elles ne peuvent pas se passer de cette manne providentielle venue du Golfe. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.