En Italie, le bras de fer entre les partisans du TGV Lyon/Turin et ses opposants entre dans sa phase finale. Le gouvernement italien remettra son dossier à Bruxelles le 18 juillet prochain. Depuis 17 ans, ce dossier anime la péninsule. Côté français, les chantiers ont commencé. Pas un coup de pioche coté italien. Les habitants de la Vallée de Suse ne veulent pas de cette ligne qu'ils jugent inutile. Le gouvernement pour calmer la grogne dans les communes concernées formule la possibilité d'un nouveau tracé qui éviterait la vallée de Suse, mais la population locale ne veut rien savoir et considère cette proposition de dernière minute comme un piège pour valider le projet. Un projet susceptible de provoquer une nouvelle crise majeure dans le gouvernement Prodi, la gauche radicale de la majorité soutenant les élus de la région Turinoise. Un reportage d'Eric Valmir

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.