Rencontres parlementaires sur les énergies renouvelables, aujourd'hui à Paris. Pour l’occasion, direction les Pyrénées Orientales, berceau de l'énergie solaire, plus précisément à Mont-Louis qui abrite l'un des plus vieux fours solaires au monde. Un miroir capte les rayons solaires et les renvoie à un autre miroir qui les concentre. Au milieu une plaque d'acier. Température : jusqu'à 4000 degrés. Denis Eudeline est le directeur du four solaire (interview). Dans les années 70, après les chocs pétroliers, la France décide de construire une centrale solaire de production d'électricité. C'est à quelques kilomètres de là. Thémis ou l'histoire d'une défaite contre le nucléaire et contre le pétrole dont les prix repartent à la baisse. Alain Boyer est vice président du conseil général (interview). Aujourd'hui, Thémis renaît de ses cendres, parce que le pétrole flambe. Même principe que pour le four solaire : 200 miroirs au sol. Alain Ferrière est directeur de recherche au CNRS (interview). L'aventure de Thémis redémarre, comme celle de l'énergie solaire pour les particuliers. L'histoire bégaie. Avec la flambée du prix du pétrole, le solaire apparaît à nouveau comme une énergie rentable. Le marché des chauffes eau solaires pour la production d'eau chaude sanitaire et de chauffage s'envole. Comme celui des panneaux photovoltaïque qui transforment les rayons du soleil en électricité. Mais quelle sera la place du soleil dans 10 ans ? Jean-Louis Bal est de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (interview). Un reportage de Nathalie Fontrel.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.