plus de 30 français sont morts au combat en syrie, selon françois hollande
plus de 30 français sont morts au combat en syrie, selon françois hollande © reuters

Les prisons françaises servent-elles de vivier de recrutement aux filières djihadistes ? Tous les observateurs ne sont pas d'accord sur cette place de la prison dans le parcours des radicaux islamistes. Leur passage en Syrie, dans les groupes les plus extrêmes comme l'Etat islamique en Irak et au Levant, pèse pour beaucoup dans la volonté de développer le djihad à leur retour. Des thèses apprises et développées via internet.

Selon Farhad Khosrokhavar, sociologue à l'Ecole des Hautes études en sciences sociales, Mehdi Nemmouche a appris l'Islam rigoriste, le fondamentalisme, en prison mais il s'est ensuite radicalisé en Syrie. L'aumônier de prison Abdelkader Bendidi, l'incarcération peut être un tremplin vers le djihad. Le reporter de RFI, David Thomson, auteur du livre Les Français djihadistes , rappelle qu'une minorité se radicalise en prison, beaucoup développent l'envie de se rapprocher du djihad à leur sortie, en trouvant tous les enseignements sur internet.

Pour prévenir le départ des Français djihadistes en Syrie, le Premier ministre Manuel Valls réfléchit à punir le seul fait de vouloir partir combattre à l'étranger, ce qui sera très compliqué à transcrire en droit.

1 600 Djihadistes français ?
1 600 Djihadistes français ? © Radio France
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.