Demain, la justice canadienne se prononcera sur le sort de Nathalie Gettliffe, une Française détenue depuis un mois au Canada. Elle est accusée d'avoir enlevé ses deux enfants confiés à leur père dont elle est séparéé. Nathalie Gettliffe affirme que le père des enfants est un adepte de « l'Eglise Internationale du Christ », un groupe religieux légal au Canada mais considéré comme une secte en France. L'affaire Gettliffe soulève la question des dangers auxquels sont soumis les enfants d'adeptes de sectes. Il n'y a pas que l'affaire Gettliffe. On connaissait déjà les recettes miracle pour les régimes des bébés de l'église de scientologie. Les enfants sont une cible facile pour les sectes. Ils sont très nombreux, c'est spectaculaire, au point que les autorités françaises chargées de surveiller les sectes y ont consacré un chapitre entier dans le rapport qui a été remis il y a une quinzaine de jours au premier ministre. Ce rapport c'est celui de la Mivilude, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, présidée par le préfet Jean-Michel Roulet (interview). Selon Madame Gettliffe, ses 2 enfants, qui ont aujourd'hui 11 et 12 ans, se plaignent d'avoir eu affaire à un gourou de l'Eglise internationale du Christ, considérée comme une secte en France. L'église internationale du christ ou Eglise de Boston, a été fondée aux Etats-Unis. Elle a des milliers voire des dizaines de milliers d'adeptes en Amérique du Nord. En France, elle est implantée, et n'a pas disparu contrairement à ce qui a pu être dit. 1000 Français en font partie, notamment à Lyon, Lille et Marseille où une association laïque, le Gempi a fait une enquête sur cette secte. Didier Pachou est le fondateur du Gempi (interview). Le problème c'est de savoir qui est qui. Au Canada, l'Eglise du Christ est un groupe religieux autorisé, or en France, c'est une secte. La législation française est-elle plus dure ? C'est sans doute l'une voire la plus dure au monde, pour lutter contre les sectes qui abusent les personnes au nom d'une soit disant spiritualité. Pourtant à info secte, une association canadienne de Montréal qui défend les familles contre les sectes, son directeur Mike Kopfeld veut se montrer plus souple sur ce qu'il appelle la liberté religieuse (interview). INFOS Pour se renseigner : -la Mivilude (la Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) - 01 42 75 76 08 -l'association le Gempi à Marseille - 04 91 08 72 22 Un dossier de Dominique André.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.