Un reportage signé Dominique André Depuis l'élection présidentielle du 28 novembre, le Président sortant déploie tous les moyens pour se maintenir au pouvoir. Son dernier coup en date : la confiscation de la filière d'exportation du cacao pour pouvoir payer ses troupes. L'argent, c'est le nerf de la guerre pour le régime Gbagbo, dont les finances s'amenuisent. Asphyxier Laurent Gbagbo économiquement pour le faire tomber, c'est le pari de la communauté internationale, qui refuse d'intervenir militairement. Les principales banques du pays ont fermé, il y a un manque de liquidité, et bientôt, ce sera la pénurie d'essence. Les navires commerciaux ne vont plus charger dans les deux grands ports d'Abidjan et de San Pedro. Les fonctionnaires ne sont pas tous payés. Dans son dernier rapport, le centre de recherches américain international Crisis group, parle d'une baisse du chiffre d'affaires dans tous les secteurs de l'économie : -70% dans le bâtiment ! Le coup de force de Gabgbo sur le cacao prouve qu'il est en difficulté financière. Car le cacao, rappelle Antoine Glazer, spécialiste du continent africain, est la première source de revenus pour le régime de Laurent Gabgbo. Interview d'Antoine Glazer En dix ans de pouvoir, Gbagbo a eu le temps d'organiser des réseaux parallèles qui continuent de l'aider. On sait bien que le secteur informel est prédominant en Côte d'Ivoire. Gbagbo trouvera toujours des chargeurs pour embarquer le cacao clandestin et il pourra toujours vendre du pétrole à l'Angola. Mais Mariam Traoré, l'une des conseillères d'Allassane Ouattara est persuadée que les sanctions commencent à faire leur effet. Interview de Mariam Traoré - En attendant, les sanctions économiques pénalisent la population qui souffre. Les médias, sous la coupe de Gbagbo, répètent sans cesse que Ouattara est le responsable de la pénurie. Du coup, le nouveau Président a lancé une télévision pour contrer la propagande du clan Gbagbo. Mais les jeunes montrent leur impatience : ils reclament une action militaire, explique Mamadou Touré, porte parole des jeunes pro Ouattara. Interview de Mamadou Touré

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.