Tout le monde veut sa bibliothèque numérique. Il y a un an, google a annoncé vouloir mettre en ligne 15 millions de livres. Le système commence à fonctionner. C'est google print. Depuis on a le sentiment que les Bibliothèques vont se multiplier comme des petits pains sur le net. Où en est on ? D'abord google print ressemble plus à un immense catalogue. Exemple de recherche : Shakespeare Richard 3 - On vous donnera des milliers de références de livres au sujet de Shakespeare et Richard 3. Essentiellement des livres encore sous copyright. Vous ne pourrez donc visualiser que quelques pages. Pour en savoir plus il faut les acheter en ligne. Sur la question du respect des copyright, aux Etats-Unis, plusieurs groupes d'éditeurs ou d'auteurs ont intenté des procés contre google. En ce qui concerne les ouvrages en français, l'éditeur belge de Boeck par exemple, est visible sur google print. Mais en France, aucune grande maison d’édition n’a accepté. Contrat pas assez clair, gratuité de consultation qui met en péril le secteur, voilà ce qu'ont dit en général les éditeurs. Il y a toutefois un éditeur qui a signé : Les éditions de l’éclat, Petite maison qui publie surtout des ouvrages de philosophie. Michel Valensi propose déjà des livres numériques sur son site, en intégralité, question d'état d'esprit. Interview de Michel Valensi. La visibilité sur internet fera vendre des livres, Michel Valensi défend cette idée depuis longtemps. Certains éditeurs français ont préféré adhérer au système proposé par Amazon : chercher au coeur du livre avant d'acheter. On peut visualiser quatre ou cinq pages du livre. Amazon proposera aux Etats-Unis un service d'achat de livres à la page sur internet. Les intérêts sont multiples pour google, yahoo, microsoft et d'autres à pouvoir avoir à mettre tous ces contenus sur la toile. Microsoft va numériser des ouvrages de la British Library (l'équivalent britannique de la BNF) - Yahoo participe à une alliance "l’oca". Ce sont des projets moins ambitieux, dont le but est surtout d'éviter les batailles juridiques sur les droits d'auteurs. On est là sur un terrain stratégique. Car enfin quel est l’intérêt pour un opérateur de maîtriser des contenus écrits et donc indexables ? Réponse d’Antoine Duarte, directeur général de yahoo France. Interview d’Antoine Duarte. Faire de la veille marketing avec nos recherches de livres, ce n'est évidemment pas l'objet des bibliothèques publiques. La France présentera un livre blanc pour dire ce qu'elle est capable d'apporter à une bibliothèque européenne numérique, publique et non commerciale. Caroline Wiegandt, directrice générale adjointe de la BNF, imagine cette BNE, ainsi que les milles autres bibliothèques qui existeront bientôt. Interview de Caroline Wiegandt. Et il y aura toujours une différence entre ceux qui ont besoin de tirer profit des contenus et ceux dont ce n'est pas la vocation. Un dossier de Christine Siméone, journaliste au service culture de France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.