Trois mois après les attentats terroristes du 7 juillet, Londres essaie de retrouver une vie normale. Mais l’industrie touristique de la capitale britannique subit encore le contrecoup des événements. Les professionnels du secteur s’arrachent les cheveux. L’été a été catastrophique. En l’espace de quelques jours, après les attentats, les touristes ont fui Londres. Bilan des mois de juillet et août : moins 25% de fréquentation par rapport à 2004. Soit 750 millions d’euros, c’est énorme. Le centre-ville a été le plus touché. Les grands musées, les grands sites comme la Tour de Londres ont vu leur fréquentation baisser de 30 à 40%. Les boutiques, les restaurants, les hôtels, tous ont vu leur clientèle diminuer. Et beaucoup ont licencié du personnel. Tous les attentats, le 7 comme le 21 juillet, visaient le métro ou les bus. Et dans les semaines qui ont suivi, la fréquentation a surtout chuté dans le métro, qui transporte 3 millions de passagers quotidiens… Aujourd’hui, dans le métro, les mesures de sécurité ont été renforcées… Et depuis fin septembre en effet, le trafic est en train de revenir à la normale. Plusieurs campagnes publicitaires ont été lancées pour séduire les touristes. Le maire, Ken Livingstone, nous fait d’ailleurs observer que la baisse du tourisme a été plus faible cette fois que lors de l’après 11 septembre 2001.Le tourisme représente 10% des activités économiques de la ville Et rapporte 25 milliards d’euros à la capitale britannique chaque année. Un dossier de Jean-Marc Four, correspondant permanent à Londres en Grande-Bretagne.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.