Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les contribuables de Sisteron voient d'un mauvais oeil la fermeture programmée du service des impôts. Il pourrait disparaître dans le cadre d'un vaste chantier de réorganisation de l'administration fiscale. Un centre des impôts sur deux pourrait fermer.

L'hôtel des impôts de Sisteron
L'hôtel des impôts de Sisteron © Radio France / Sébastien Sabiron

Sur la place centrale de Sisteron, l'hôtel des impôts est hébergé dans le bâtiment de la Poste. L'enseigne des finances publiques est barrée d'un voile de crêpe noir, accroché par les syndicats en signe de deuil. Car sur les deux étages occupés par la trésorerie et le service des impôts, le second est promis à la fermeture dans les mois à venir. 

Pour obtenir un renseignement sur leur déclaration ou des facilités de paiement, les particuliers devront se rendre à Digne les Bains, à 45 minutes de voiture. Les professionnels eux, devront se rendre à Manosque, à peu près à la même distance. Si le projet est seulement en phase de concertation, Daniel Spagnou le maire (LR) de Sisteron est furieux :

Il y a deux ans, la mairie a dû acheter ce bâtiment, sous peine déjà de voir disparaître la trésorerie et les impôts. On y a fait 800.000 euros de travaux. Et aujourd'hui un étage va fermer [...] On nous ferme des services publics en zone rurale. C'est vexant, comme si on n'était pas des citoyens à part entière. 

Daniel Sapgnou, le maire de Sisteron
Daniel Sapgnou, le maire de Sisteron © Radio France / Sébastien Sabiron

Et le maire de décrire les routes de montagne, parfois enneigées que les contribuables devront emprunter l'hiver, "sans compter le CO2". Il espère faire entendre à l'Administration la nécessité de ces services publics de proximité, ces guichets physiques qui permettent aux personnes dépourvues d'internet d'obtenir des réponses en matière fiscale. Soutenu par la population, il invite ses administrés et les élus du secteur à une grande manifestation le 28 septembre.

Des permanences pour remplacer des guichets

Dans les Hautes-Alpes voisines, à 20 kilomètres de Sisteron, la trésorerie de Laragne est elle aussi promise à disparaître, au grand désespoir de son maire Jean-Marc Duprat. L'élu explique avoir fait installer la climatisation il y a quelques mois, dans ce bâtiment dont il ignore désormais le devenir. Dans cette commune de 8.000 habitants, l'employeur principal est l'hôpital psychiatrique, dont un service avait déjà été menacé de délocalisation en 2018.

Chaque fois qu'un service public disparaît, c'est un drame dans la ruralité. Ici, on est isolé. C'est plus facile de faire l'aller-retour en train à Paris dans la journée qu'à Gap, qui n'est pourtant qu'à 40 km.  

Jean-Marc Duprat, maire de Laragne
Jean-Marc Duprat, maire de Laragne © Radio France / Sébastien Sabiron

Si les trésoreries (les ex perceptions) ont vocation à accompagner les collectivités plus que les particuliers, cette fermeture inquiète à Laragne. La Direction Départementale des Finances Publiques confirme que les 11 trésoreries des Hautes Alpes doivent fermer d'ici 2022. 

Les contribuables devront donc se rendre à Gap, Briançon et Embrun. Mais Bercy promet aussi des permanences dans les Maisons "France Services", les actuelles Maisons de Service au Public. Les Hautes Alpes en comptent 17, soit autant de "points de contact" avec des agents spécialement formés de l'Administration fiscale. Les élus redoutent néanmoins des permanences trop rares et des rendez-vous trop difficiles à obtenir. 

Selon Ouest France, 989 des 1.626 trésoreries et centre de finances publiques de l'hexagone doivent fermer d'ici 2022.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.