Un reportage signé Danielle Message Aujourd'hui, plus d'une centaine de plaintes de victimes du Mediator vont être déposées. Le docteur Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, est l’une des premières à avoir lancé l'alerte. Danielle Messager l'a suivie dans son service, rencontré ses malades, les médecins qui l'ont aidée et même les démarcheurs de chez Servier. Parmi les victimes, Henriette. Un medecin lui a prescrit du Médiator pour faire baisser le taux de sucre dans le sang, lui disait-on. Une réaction grave survient rapidement, pourtant, elle le prendra pendant 9 ans, avant de rencontrer le Docteur Frachon. Témoignage d'Henriette En juin 2009, Irène Frachon est reçue à l'AFFSAPS, l'Agence des produits de santé, pour faire part de ses constations de lien entre Médiator et valvulopathie. L'agence, sceptique, lui demande d'autres preuves, elle se lance alors en quelques semaines dans une étude, aidée par le docteur Grégoire Le Gall, responsable au CHU de Brest, du centre d'investigation clinique. Témoignage d'Irène Frachon Et dans les services de l'hôpital, en quête de médecins, que trouve-t-on ? Des visiteurs médicaux de chez Servier. Pendant l'affaire, les affaires continuent. Je ne vous cache pas que le visiteur médical en question fait un sacré bond en arrière en voyant mon micro. Interview du visiteur médical Contrairement à ce qu'affirme le laboratoire Servier, les atteintes cardiaques, liées au médicament, se distinguent nettement. Irène Frachon me montre deux photos de cœurs, après autopsie. Témoignage d'Irène Frachon Prochain épisode donc de l'affaire Médiator, samedi prochain, avec le rapport de l'inspection générale des affaires sociales…

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.