Depuis le 1er janvier, à Paris, des gardiens d'immeubles sont autorisés à verbaliser les locataires en cas d'incivilités. L'initiative a déjà remporté un grand succès à Calais, où une vingtaine de gardiens volontaires ont prêté serment en septembre dernier. Allons en France, allons à Calais.

Michel, concierge depuis près de 40 ans à Calais, peut désormais dresser des procès-verbaux
Michel, concierge depuis près de 40 ans à Calais, peut désormais dresser des procès-verbaux © Radio France / Sébastien Sabiron

Depuis le 1er janvier 2018, des gardiens d’immeubles parisiens sont autorisés à verbaliser les locataires indélicats, en cas de dégradation des parties communes, de dépôt d'ordures sauvages ou de nuisances sonores. Une centaine d’agents du bailleur social Paris-Habitat seront progressivement assermentés et disposeront de certaines fonctions de police judiciaire.

Fort de ses 100 000 logements, Paris-Habitat, qui a reçu 5 000 signalements d’incivilités en 2016, est le premier bailleur social parisien. Cette expérimentation, annoncée par la mairie de Paris le 5 décembre dernier, sera étendue aux deux autres bailleurs sociaux de la ville si elle s’avère concluante. En tout cas, le dispositif a déjà fait ses preuves dans d'autres communes.

"Avant, on nous prenait pour des ramasse-merdes !"

À Calais, depuis le mois de septembre, une vingtaine de gardiens d'immeubles volontaires ont prêté serment au tribunal. Parmi eux, Michel travaille depuis 38 ans dans une résidence de 104 logements en périphérie de la ville. "En étant assermenté, on est un peu plus respecté des locataires, j'ai même vu des gens qui me disent bonjour alors qu'ils ne le faisaient pas avant", raconte le concierge en montrant sa plaque bleu-blanc-rouge où est inscrite la mention "gardien assermenté" : "C'est simple, avant, on nous prenait pour des ramasse-merdes !"

Malgré tout, Michel confesse n'avoir dressé aucun procès-verbal : "On ne risque pas d'avoir des représailles, mais il faut faire gaffe tout de même. Moi, le matin, à 6h, dans les caves, je suis tout seul." Et Michel d'avouer que tout cela lui fait un peu peur "tout de même".

Beaucoup de locataires sont satisfaits du dispositif. Les incivilités ont baissé de 50% sur les trois derniers mois, selon Terre d'Opale Habitat, bailleur social à l'origine de l'initiative et qui loge un tiers de la population calaisienne.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.