Le Centre-Pompidou Metz sera inauguré tout à l'heure par Nicolas Sarkozy. Ce centre est la première décentralisation culturelle d'une institution nationale. Le Louvre ouvrira aussi une antenne à Lens en 2012. L’objectif est de décentraliser, démocratiser l'accès à l'art en attirant des nouveaux publics. A quoi ressemble ce centre Pompidou-Metz ? Le centre Pompidou-Metz a déjà quelques surnoms, comme la maison des Stroumpfs ! En fait, il ressemble à une gigantesque tente de nomade neigeuse et futuriste. C'est un geste architectural poétique signé par Shigéru Ban, architecte japonais de la légèreté (interview). L'art doit réunir au lieu de séparer. Généreuse utopie qui s'incarne sur la Piazza, dans le forum, le studio, le café, le restaurant, qui feront du centre Pompidou-Metz un lieu de vie. Au total, 5 000 m² d'exposition, une grande nef de 21m de hauteur. Ensuite, ça se passe dans les 3 galeries. Tout de suite, on prend l'ascenseur panoramique avec Monsieur le directeur, Laurent Le bon (interview). Y aura-t-il à Metz « l'effet BILBAO » ? C'est sûr qu'ici le miracle Bilbao fait rêver toute la région. Mais à Bilbao, le Guggenheim était un catalyseur d'un projet urbain plus important. L'architecture de Shigéru Ban n'est pas aussi spectaculaire que celle de Frank Gherry mais la force d'attraction de Metz ce sera aussi et surtout ses expositions alors que Le Guggenheim est un palais de titane plutôt vide. Ensuite, autre atout : Metz est vraiment au cœur de l'Europe. Premier verdict à partir de demain avec l'arrivée du public. Parmi les premiers visiteurs, un agent de sécurité du centre Pompidou Metz, qui préfère garder l'anonymat (interview). Demain donc le public va découvrir la première exposition. 780 œuvres ! Son titre : « Chefs d’œuvre ? », une ambitieuse interrogation. _____ Un reportage d’Isabelle Pasquier.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.