Hôpital cubain sous Raul Castro
Hôpital cubain sous Raul Castro © MaxPPP / Thomas Lee/ATLASPRESS

Toute la population bénéficie d'un accès gratuit aux soins. La médecine cubaine s'exporte, aussi : près de 40.000 spécialistes de la santé sont aujourd'hui au Venezuela, au Brésil. Certains reviennent d'Afrique, où ils étaient en première ligne dans la lutte contre Ebola.

Olivier Poujade s'est intéressé à ce système de santé dont le gouvernement est particulièrement fier. Et le secteur de pointe, c'est la biotechnologie.

Sans grande surprise, le laboratoire BioCubaFarm nous a ouvert ses portes dans la banlieue de La Havane. dans ses murs, on expérimente des vaccins contre le virus du Sida ou une solution thérapeutique contre le cancer (qui serait sur le point d'aboutir). Depuis 1982, le gouvernement a énormément investi dans ce secteur.

Pour le chercheur Eduardo Penton, le pays a développé une technologie de pointe :

Nous sommes à l'avant-garde et ce n'est pas possible de l'ignorer plus longtemps.

Le laboratoire français Abivax a d'ailleurs signé, il y a quatre ans, un accord de coopération avec BioCubaFarm. Il a abouti à l'élaboration d'un vaccin contre l'hépatite B, qui sera bientôt commercialisé.

Des bénéfices limités pour la population

D'après les chiffres de l'OMS, l'espérance de vie et la mortalité infantile sont proches de celles d'un pays développé. Mais au quotidien, c'est un peu plus compliqué.

Ce père de famille est venu à la pharmacie chercher des médicaments prescrits pour sa fille. Mais qui sont introuvables.

0'28

Un père de famille devant une pharmacie à Cuba

Le ministère de la Santé cubain ne nous a pas permis d'entrer dans un hôpital public. Eduardo est chirurgien à l'hôpital Calixto Garcia et décrit son lieu de travail, entre pénurie de médicaments et conditions sanitaires aléatoires :

0'23

Un chirurgien cubain décrit les conditions de travail dans son hôpital

Le salaire des médecins équivaut à 60 euros par mois, dans des conditions parfois difficiles. Du coup, la filière médecine attire de moins en moins de jeunes.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.