Depuis quelques années, observateurs, parlementaires, associations d'aide aux victimes ont le sentiment que les pratiques sectaires se banalisent dans le pays... Une manifestation d'élus a eu lieu ce week end , à Paris, devant le siège de l'Eglise de Scientologie pour protester contre son prosélytisme... Longtemps restée sourde à la menace sectaire...la France avait publié en 1995, suite aux massacres de l'ordre du temple solaire , un premier rapport d'enquête parlementaire sur les sectes. 172 mouvements avaient été épinglés... En 1999, nouveau rapport parlementaire sur cette fois, les sectes et l'argent. Parallelement, les gouvernements successifs ont mis en place un Observatoire, devenu en 1999 la fameuse MILS, la mission interministérielle de lutte contre les sectes, rebaptisée MIVILUD, en 2002. Et depuis ?... C'est la question posée ce week end par les élus venus manifester, et avec eux, des associations d'aide aux victimes... Il faut dire que la situation samedi était cocace. Imaginez, d'un côté, la scientologie, au milieu de la rue, petite fête , ballons, accordéons. De l'autre, des élus dont le maire de l'arrondissement en tête, corps à corps avec les CRS, coinçés, sans pouvoir passer. Ca parait anecdotique, mais cela ne l'est pas du tout pour Anne Hidalgo, 1ère adjointe au maire de Paris, à l'origine de la manifestation de ce week end... C'est même très révélateur selon elle Anne Hidalgo va jusqu'à parler de "complaisance" des pouvoirs des publics envers les mouvements sectaires. le changement d'appellation même de la mission interministérielle chargée du dossier rebaptisée en 2002 mivilude (de lutte contre les sectes, elle passe à vigilance contre les dérives sectaires est symptomatique. Depuis 3 ans, le phénomène sectaire se banalise Le débat est clos, affirme l'église de scientologie. Anne Bron, la porte parole du mouvement évidemment se réjouit de l'épisode tom cruise, de la multiplication des opérations relations publiques auprès des députés et sénateurs, de la progression de son mouvement. Le nombre d'églises scientologues a doublé ces dernieres années en France. Le nombre d'adeptes, est difficile à chiffrer… car au dela des permanents, beaucoup de membres agissent en leur nom propre, en montant leur propre association par exemple de soutien scolaire. La scientologie tiendrait une cinquantaine d'associations ou entreprises en région parisienne. Une personne fragile. Bon compte en banque. Cadre d'entreprise, en situation difficile familiale ou professionnelle, c'est la proie des mouvements sectaires, véritables "pompe à fric" selon l'unadfi, l'union nationale des associations de défense des familles et de l'individu. Parce qu'il n'y a pas que la scientologie s'insurge sa présidente Catherine Picart. Il y a aussi, les témoins de jéhovah, la nouvelle acropole, et tous les micro groupes qui ont vu le jour ces dernieres années sur les terrains de la santé, du bien etre ou du développement personnel très dangereux selon l'unadfi. D'autres associations de lutte contre les mouvements sectaires relaient le discours de l'unadfi;Un discours cependant qui ne fait pas l'unanimité au sein même de la mission… Un nouveau président a été nommé. Dans le discours, il promet d'etre plus offensif. Un dossier de Sandrine Oudin, journaliste au service des reportages de France Inter.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.