Ségolène Royal est la grande perdante de la primaire socialiste. Les larmes de la présidente de Poitou-Charentes auront marqué ce premier tour. Une immense désillusion : même dans son département des Deux-Sèvres, Ségolène Royal n'arrive qu'en 2ème position. Avec seulement 18% des voix, elle est largement battue par François Hollande.

Yann Gallic est allé à Melle, le fief de Ségolène Royal…

Ici, l'échec de Ségolène Royal est l'objet de toutes les conversations. A Melle, la présidente de Poitou-Charentes est arrivée loin derrière François Hollande. A peine 32% des voix contre 42 pour son ex-compagnon. Bref, elle a été lâchée par ses électeurs.

Comme France, retraitée et militante socialiste, en 2007... Elle s'était enthousiasmée pour Ségolène... Mais aujourd'hui le charme est rompu...

SON

Largement réélue l'an passé à la tête du Poitou-Charentes, Ségolène Royal voulait faire de la région, son laboratoire d'idées et surtout un tremplin pour 2012...

Un pari raté et même une erreur stratégique selon Sylvain Griffault. Patron de bar à Melle, il est aussi sympathisant de gauche. Dimanche, il a préféré voter pour Arnaud Montebourg plutôt que pour Ségolène Royal...

SON

Et dans les couloirs du conseil régional, les fidèles de Ségolène Royal essaient de faire bonne figure. Mais la déception est immense...

"Nous allons rebondir même si c'est difficile" avoue Nathalie Lanzi, conseillère régionale socialiste... C'est elle qui a mené la campagne de Ségolène Royal dans les Deux-Sèvres. Pendant un an, elle a sillonné les quartiers populaires et les zones rurales du département. Avec un accueil plutôt favorable... pour elle, cette défaite reste incompréhensible...

SON

Yves Debien, maire de Melle et vice-président de la région, voit dans les résultats de cette primaire un rejet du sarkozysme. Rejet dont Ségolène Royal serait une victime collatérale.

SON

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.