Bruxelles
Bruxelles © CC Another VLL

Ils sont plus de 200 000 à y vivre. C'est sûr: les Français aime la Belgique, et même de plus en plus. Dans la commune d'Ixelles, au sud de Bruxelles, ils sont 11 000 sur 80 000 habitants dont 5000 fraîchement installés. Il est vrai que chez nos voisins d'Outre-Quiévrain, pas d'impôt sur la fortune.

De là à dire que tous les Français de Belgique sont des exilés fiscaux ... Géraldine Hallot est allée à leur rencontre.

La Belgique en sept clichés

Quentin Dickinson, correspondant de France Inter à Bruxelles nous dresse un portrait de la Belgique en sept idées reçues.

La Belgique, c’est simple : ce sont les Flamands qui se battent contre les Wallons

Résumons la carte linguistique du royaume : le néerlandais est parlé par quelque 6 millions de Flamands en Flandre et à Bruxelles, le français est parlé par 4 millions et demi de francophones en Wallonie et à Bruxelles, et l’Allemand – troisième langue nationale – est pratiqué par 75.000 germanophones dans l’est de la Wallonie. Donc, aujourd’hui, la partie se joue non pas à deux, mais à quatre : néerlandophones, francophones, germanophones, et Bruxellois.Les Flamands sont riches et travailleurs et les Wallons sont pauvres et fainéants En fait, depuis la création du pays en 1830, Flamands et Wallons ont été les uns et les autres tour-à-tour riches et pauvres – mais jamais au même moment. Aujourd’hui, la Wallonie (parvenue au plus bas) remonte lentement grâce aux technologies de pointe et à ses réserves d’eau dans les Ardennes – alors que les activités qui ont permis depuis la Libération la prospérité de la Flandre sont les plus menacées par la mondialisation, sans compter en plus avec, à terme, un vieillissement préoccupant de la population flamande.La Belgique n’est pas un vrai pays Un pays, on peut en débattre, mais un État, sûrement : ici, on dénombre pas moins de sept assemblées parlementaires au niveau fédéral, des régions, et des communautés linguistiques, assorties de pléthore d’exécutifs et de services publics. A chaque réforme, l’on crée des entités nouvelles, sans pour autant supprimer les structures précédentes – d’où l’inextricable millefeuille institutionnel actuel.Les Belges parlent le français, tout comme les Français Les touristes français s’aperçoivent assez rapidement qu’ici, les mêmes mots n’ont pas le même sens et que de nombreuses expressions leur sont incompréhensibles.Les Belges paient beaucoup moins d’impôts que les Français La Belgique n’est un paradis fiscal que pour les rentiers et les investisseurs ; pour les salariés, l’impôt sur le revenu, prélevé à la source, est bien plus lourd qu’en France.La Belgique ne va pas tarder à exploser C’est peu probable, même si les Belges sont les spécialistes européens du catastrophisme prévu, mais jamais réalisé. On connaît la formule : « En Belgique, la situation est désespérée, mais pas grave ». En Belgique, on n’a pas de pétrole et pas d’idées non plus Pas de pétrole, c’est sûr, mais du vent qui fait tourner les éoliennes en mer, il y en a tant et plus ; et pour ce qui est des dées, pas plus tard qu’hier, c’est un Belge qui a remporté le Prix Nobel de physique. Et puis, un peuple qui a inventé le saxophone, la frite, et le surréalisme ne peut pas être totalement nul.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.