Saint Etienne essaie de se relever de la crsie économique
Saint Etienne essaie de se relever de la crsie économique © Radio France / Mathilde Dehimi

Il y a 40 ans, Saint-Étienne et tous les supporters des Verts retenaient leur souffle. Enfin un club de foot français était en finale de la Coupe des clubs champion. L’histoire a retenu cette défaite jugée par beaucoup « injuste » et « injustifiée ». En 1976, cette épopée des Verts avait permis de faire oublier le début du déclin pour la ville. Mais le club perd et la crise rattrape la ville . Une dure crise industrielle, minière, sidérurgique, textile, mécanique dont Saint-Étienne a toujours du mal à se relever aujourd’hui.

À Saint-Étienne, on savait tout faire, des vélos, des machines à coudre, des fusils de chasse avec Manufrance ; des fusils de guerre, des lance-roquettes avec la Manufacture d’armes. Dans les années 1970-1980, la ville perd beaucoup d’emplois au gré des fermetures d’usines. Les deux Manu ont fermé en 1985 et en 2000 après des années de lutte sociale.

En 40 ans, la ville a perdu 50 000 habitants, certains sont partis vivre en périphérie, d’autres ont quitté le département… Pour la première fois cette année, la population de Saint-Étienne a augmenté de 549 habitants selon l’INSEE. Certains constatent un frémissement dans le marché immobilier.

Une renaissance grâce à des secteurs de pointe

Saint-Étienne compte 10% de chômeurs. Beaucoup de ces habitants travaillent à l’extérieur de la ville qui n’a pas retrouvé d’offre d’emploi aussi fournie qu’avant la crise. Elle a cependant développé tout un réseau de PME notamment dans des secteurs de pointe comme le textile médical ou l’informatique.

Saint-Étienne a un autre atout : Hervé Revelli , l’ancien attaquant des Verts qui est désormais conseiller en insertion à la Fondation FACE… Son passé de footballeur lui a permis de se constituer un beau carnet d’adresse chez les entrepreneurs de la région et il sait quand l’un d’eux a un contrat à proposer... Il appelle alors les chômeurs qui l’ont sollicité. Et cela semble marcher : Hervé Revelli dit avoir décroché 170 contrats CDD et CDI depuis le début de l’année.

Un design pour que les habitants aiment leur ville

Saint-tienne a tout misé aussi sur le design. C’est la seule ville française labellisée par l’Unesco et elle représente la France à la Triennale de Milan. La cité et l’école du Design sont installées dans les anciens bâtiments de la Manufacture d’armes… Pour le designer, Éric Jourdan, qui a vu la ville se transformer, les différentes rénovations et embellissements donnent envie aux habitants de rester en cœur de ville.

Saint-Étienne veut se défaire de son image de ville noire mais il faut pour cela qu’elle sorte de cette nostalgie de capitale industrielle passée, dit le géographe Claude Crétin.

La place Jean Jaurès à Saint Etienne
La place Jean Jaurès à Saint Etienne © Radio France / Mathilde Dehimi
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.