106 communes se retrouvent sans candidat aux municipales. Quatre d'entre elles comptent plus de 1 000 habitants comme Prunay-le-Gillon dans le département d'Eure-et-Loir. Dans ce village, aucune liste n'a été déposée pour les élections. Les habitants n'iront donc pas voter les 15 et 22 mars 2020.

Les habitants de Prunay-le-Gillon seront privés d'élections municipales les 15 et 22 mars 2020.
Les habitants de Prunay-le-Gillon seront privés d'élections municipales les 15 et 22 mars 2020. © Radio France / Yann Gallic

À Prunay-le-Gillon, les panneaux électoraux sont vides. Les bureaux de vote resteront fermés, faute de candidats. Les habitants de la commune savaient que le maire sortant ne se représenterait pas. Mais ils n'imaginaient pas se retrouver dans une telle situation. "Qui va nous gérer ? C'est ça le problème, s'inquiète Pascal qui habite sur la place de l'église. 

Si nous sommes rattachés à un autre village, on ne sait pas comment ça va se passer.

"Le maire, première assistante sociale de la République"

Le maire socialiste du village, Jackie Ferré, achève son deuxième mandat. Pendant 12 ans, il a mené de front son métier d'aide-soignant et sa fonction d'élu. Un engagement de tous les instants, passionnant mais usant : "Le mandat d'élu, c'est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. La pression est permanente. Elle se manifeste dans les attentes et les exigences des citoyens, dans les problèmes à régler... Le maire est la première assistante sociale de la République." 

Après deux mandats bien remplis, Jackie Ferré souhaite prendre du recul pour profiter de sa famille. Il a annoncé sa décision au conseil municipal et aux habitants, il y a déjà deux ans. Mais depuis, aucun successeur ne s'est manifesté.

Maire de Prunay-le-Gillon depuis 2008, Jackie Ferré a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat.
Maire de Prunay-le-Gillon depuis 2008, Jackie Ferré a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat. © Radio France / Yann Gallic

Ce cas de figure inédit inquiète les 12 employés municipaux mais aussi les commerçants, regroupés au centre du village. "Pour les petits commerces comme le mien, ce n'est pas une bonne nouvelle. Par qui va-t-on être guidés ? demande Karine Tessier, gérante du salon de coiffure. On va certainement être rattachés à une autre commune, mais est-ce que c'est bien ? Il aurait mieux fallu avoir un maire dans le village". Josette, une cliente du salon, déplore également cette absence de candidat : "J'ai 82 ans et je n'ai jamais vu ça ! Je ne comprends pas. Il y a plein de jeunes qui auraient pu prendre la relève !"

Trois mois pour trouver des candidats

En attendant, le maire actuel se démène pour essayer de constituer une liste de 15 personnes, capables de gérer cette commune qui s'étend sur 2 500 hectares et regroupe plusieurs hameaux. "Je reste confiant, nous allons y arriver", affirme Jackie Ferré. Son mandat s’achevant le 22 mars, c'est ensuite la préfecture qui désignera une délégation spéciale, composée de fonctionnaires, pour gérer les affaires courantes, les urgences et les dépenses de fonctionnement de la commune. 

L'avenir de Prunay-le-Gillon est donc en suspens avec un délai de trois mois pour organiser de nouvelles élections municipales. Mais si l'absence de candidat persiste, la commune pourrait alors disparaître et fusionner avec un autre village.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.