Il y a à peine treize ans, l'attaquant des Bleus signait sa première licence de football à l’AS Bondy. Retour dans cette ville de Seine-Saint-Denis qui a vu grandir Kylian Mbappé et porte haut son nom à deux jours de la finale de la Coupe du monde.

Sur la pelouse artificielle du stade Léo Lagrange, à Bondy, on se souvient des premiers exploits de Kylian Mbappé, le héros local.
Sur la pelouse artificielle du stade Léo Lagrange, à Bondy, on se souvient des premiers exploits de Kylian Mbappé, le héros local. © Radio France / Sébastien Sabiron

A Bondy, le fronton de la mairie affiche une banderole "Merci Kylian, tous les Bondynois sont avec toi". C’est là que toute la ville a suivi la demi-finale des bleus face à la Belgique sur écran géant.

La mairie de Bondy affiche en grand son soutien pour l'attaquant qui défendra les couleurs de la France dimanche face à la Croatie.
La mairie de Bondy affiche en grand son soutien pour l'attaquant qui défendra les couleurs de la France dimanche face à la Croatie. © Radio France / Sébastien Sabiron

Kilian Mbappé, 19 ans, signe sa première licence à 6 ans à l’AS Bondy, club de 750 licenciés dans cette ville de 53 000 habitants en Seine-Saint-Denis.

Son père, ancien footballeur était l’entraîneur du club. Déjà un phénomène à l’époque. Dès son plus jeune âge, les éducateurs du club perçoivent son potentiel, sur le terrain en sable du stade Léo Lagrange, à un jet de pierre du domicile familial.

"Ça a toujours été un crack"

Constamment surclassé, il joue dans la tranche d’âge supérieure. En 2011, il rejoint le prestigieux centre de formation de Clairefontaine, puis le centre de formation de l’AS Monaco en 2013.

Le stade Léo Lagrange, à un jet de pierre du domicile familial, a été le premier terrain de jeu de Kylian Mbappé.
Le stade Léo Lagrange, à un jet de pierre du domicile familial, a été le premier terrain de jeu de Kylian Mbappé. © Radio France / Sébastien Sabiron

Joé Kobo, 19 ans, a grandi avec Kilian. Il a fait ses classes avec lui à l’AS Bondy.

Ça a toujours été un crack. Dès le début, on sentait qu’il avait quelque chose de plus que les autres. Il a toujours été surclassé, mais même en étant surclassé, il était plus performant que les autres. Son parcours en Coupe du monde est phénoménal. On en parlait ensemble il y a quelques mois. Mais sans imaginer qu’il aille jusqu’en finale.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.