Depuis Lima au Pérou, Paris devrait être désignée ville-hôte des Jeux Olympiques 2024. Une victoire qui garantit des efforts sur les déplacements en transports en commun.

Les usagers de la ligne 13, comme ici à Saint-Denis, espèrent que les JO permettront d'améliorer la "bétaillère" qu'est devenue la ligne la plus empruntée du métro parisien
Les usagers de la ligne 13, comme ici à Saint-Denis, espèrent que les JO permettront d'améliorer la "bétaillère" qu'est devenue la ligne la plus empruntée du métro parisien © Radio France / Cécilia Arbona

L'annonce officielle ce soir à Lima de la ville-hôte pour les Jeux Olympiques 2024 est un secret de Polichinelle qui confirmera l'attribution pour Paris. Pour la délégation tricolore, l'un des atouts de la victoire annoncée, c'est la garantie pour les sportifs et les spectateurs de se déplacer en transports en commun.

Mais pour cela, les élus vont devoir redoubler d'effort pour faire avancer les projets de maillage du territoire. Une attente forte, notamment chez les habitants de Seine-Saint-Denis. Ils sont pour beaucoup des utilisateurs réguliers de la ligne 13, réputée comme étant la pire du réseau. Empruntées par 600 000 voyageurs chaque jour, les rames de la ligne 13 sont saturées aux heures de pointe, façon "bétaillère".

Outre le métro, le réseau autoroutier qui isole le 93, le département de Seine-Saint-Denis, va lui aussi être amélioré pour en finir avec l'isolation ressentie par endroits. Une promesse de Valérie Pécresse, la présidente Les Républicains de la région. Mais pas à n'importe quel coût, s'inquiètent opposants et habitants.

Navettes et pistes cyclables

Il n'y aura pas que le réseau routier et le métro qui vont bénéficier d'un coup d'accélérateur. Le CDG Express, navette entre l'aéroport de Roissy et Paris, d'abord.

Mais à côté de ces chantiers onéreux, les associations de cyclistes militent pour plus de pistes cyclables.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.