C'est un drame qui a fait, à ce jour, 114 morts. L'hormone de croissance, c'est la faillite d'une médecine qui pensait avoir trouvé le remède miracle pour faire grandir les enfants trop petits. C'est aussi un procès fleuve qui connait aujourd'hui son dénouement : la justice va enfin dire s'il y a des coupables. Enfin, oui, plus de 20 ans après que le danger se soit déclaré, en 85, aux Etats-Unis d'abord : cette terrible maladie de Creuzfeld Jacob (la maladie de la vache folle), qui entraîne une longue, et douloureuse, et fatale agonie. A l'originie, le prélèvement sans précaution extrême d'hypophyses sur des cadavres dans les morgues des hôpitaux. 4 mois de procès, 7 mois de délibéré pour juger 7 médecins et pharmaciens, prévenus d'homicides involontaires. Pour les familles des victimes, c'est la fin d'un combat. Mr et Mme Laborde ont raconté l'histoire de leur fils, Frédéric, à Danielle Messager (interview). Le ministère public a requis des peines de prison avec sursis, de 1 à 4 ans. Sera-t-il suivi ? Maître Henri Leclerc, qui défend le professeur Dray, revient sur 2 temps forts du procès, les témoignages de 2 sommités du monde médical : les professeurs Montagnier, co-découvreur du virus du sida et Prusiner, prix Nobel américain, découvreur du prion (interview). « On ne savait pas, on ne pouvait pas prévoir », c'est la défense des prévenus. « Pas d'accord » répondent les familles des victimes. Jean-Bernard Mathieu ne crie pas vengeance. Mais il a vu mourir son fils Jean-Philippe à l'âge de 19 ans, et il veut entendre le mot "coupable" (interview). On en est à 114 décès, le dernier il y a 3 semaines, le 24 décembre. Trois autres victimes viennent de déclarer la maladie. Et on comprend l'angoisse des 850 qui, plus de 20 ans après, ne sont toujours pas sûrs d'être passés au travers, 850 qui restent des sujets à risque, comme, Toufic Belkieri (interview). Jugement aujourd'hui à 13h30 au tribunal correctionnel de Paris. Un reportage de Christian Bindner et Danielle Messager.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.