Des soldats du 4e Régiment de Chasseur-alpins de Gap assurent la sécurité devant une école juive du 8e arrdt de Marseille
Des soldats du 4e Régiment de Chasseur-alpins de Gap assurent la sécurité devant une école juive du 8e arrdt de Marseille © MaxPPP/La Provence/Frédéric Speich

Après l'attentat de l'hypermarché casher vendredi dernier, les juifs de France sont nombreux à s'interroger. Sont-ils en sécurité ici ? Sont-ils prêts à vivre sous protection policière ? Ou faut-il s'expatrier aux Etats-Unis, au Canada ou en Israël ?

Illustration de cette ambiance pesante, depuis mardi l'entrée de cette école qui accueille 500 enfants, est surveillée par 25 militaires armés qui se relaient 24 heures sur 24.

"On doit tout à la France, on veut rester ici", malgré la peur et le choc causé par l'attentat de l'hyper casher, c'est un discours évidemment très partagé par les 550 000 juifs de France qui représentent la communauté la plus importante en Europe.

Mais depuis vendredi, certains, de plus en plus de proches perturbés par un climat d'intolérance et de paranoïa, se posent des questions et commencent à évoquer un départ, même si la vie en Israël n'est pas toujours facile, même si beaucoup de Français ne s'acclimatent pas et rentrent en France.

L'année dernière en 2014 près de 7 milles juif de France ont émigré en Israël, deux fois plus qu'en 2013.

Tous ont fait ce qu'on appelle l'aliyah, un aller simple vers Israël. Il est évidemment trop tôt pour faire de nouvelles prévisions après les attentats de 2015, mais nous pouvons ce matin vous révéler que l'agence juive, l'organisme israélien en France charger d'encourager et d'aider à l'aliyah est débordée depuis l'attentat de vendredi dernier.

Une impression confirmée par le rabbin Katz, fils du grand rabbin Katz. Depuis plusieurs jours il est assailli de questions dans sa synagogue parisienne. Et le rabbin de conclure :

J'espère que grâce aux promesses ces derniers jours de nos hommes politiques nous pourrons vivre dans l'avenir un judaïsme de France paisible, dans la tranquillité et la liberté.

Réécoutez le zoom de la rédaction :

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.