Leur vie a été bouleversée cette année. Chaque vendredi de l'été, ils nous racontent leur histoire. Aujourd'hui, Hanane Charrihi, préparatrice en pharmacie à Aulnay-sous-Bois

Le 14 juillet 2016, Hanane Charrihi sortait avec ses enfants pour voir le feu d'artifice. A 900 km de là, sa mère était tuée à Nice.
Le 14 juillet 2016, Hanane Charrihi sortait avec ses enfants pour voir le feu d'artifice. A 900 km de là, sa mère était tuée à Nice. © Radio France / Julie Pietri

Il y a un an, Hanane Charrihi perdait sa mère, Fatima, dans l'attentat de la Promenade des Anglais, à Nice.

"Une femme très belle, dit-elle, née dans un village berbère des montagnes du Haut-Atlas Marocain." Des lèvres roses. Des yeux ronds très noirs.

Une femme qui disait à ses filles "soit une femme et demie". Surpasse-toi. Ne dépends de personne.

Son mari l'aimait d'un amour fou. Quand elle est morte, il n'a pas dit "on me l'a prise". Ou "on m'a pris ma femme"... mais "on m'a pris", comme s'il avait été englouti tout entier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'équipe
Contact
Thèmes associés