Un reportage signé Emmanuelle Daviet J-2 pour l'épreuve de philo. Le bac commence jeudi et pendant que certains révisent sérieusement leurs cours, d'autres préparent leurs antisèches. Pour lutter contre la hausse des fraudes au bac, le ministère de l'Education nationale a publié une circulaire en demandant aux chefs de centres d'examen d'être vigilants sur un moyen de plus en plus utilisé pour tricher : le téléphone portable. Les antisèches sur un bout de papier ou le dos d'une règle, c'est complètement dépassé. Aujourd’hui, il y a le portable, et pour les lycéens, utiliser leur téléphone pour tricher est devenu banal. Ils en parlent d'ailleurs sans tabou. Témoignages de lycéens Visiblement pour les élèves, tricher, c'est facile, d'autant que personne n'est autorisé à les fouiller avant l'entrée dans les salles et pendant les examens. Philippe Bercot est proviseur du lycée Jacques Prévert de Boulogne Billancourt. Interview de Philippe Bercot Démonstration de leur imagination débordante avec la combine de ce lycéen, plus artisanale que le portable. Témoignage d'un lycéen - Pendant l'année, le risque est minime, mais frauder pendant les examens, cela coûte cher ! Attention, gros danger. La sanction peut être lourde : 5 ans d'interdiction de passer des examens et des concours, permis de conduire compris. Interview de Jean Michel Blanquer, Directeur général de l'enseignement scolaire Pour empêcher des élèves de tricher, encore faut-il avoir des moyens adaptés aux technologies actuelles. Philippe Tournier, Secrétaire général du SNPDEN, le premier syndicat des chefs d'établissements, déplore que le ministère de l'Education nationale interdise de brouiller les lignes de portables. Interview de Philippe Tournier Selon lui, régler le problème de la fraude nécessite une révision complète de la forme des examens et des concours en France. Pourquoi pas des épreuves plus courtes, de moins d'une heure, au cours desquelles les élèves ne sortiraient pas de la salle ?

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.