Plongée dans le pays de François Bayrou, le Béarn, là où le candidat de l'UDF n'a de cesse de rappeler qu'il a ses racines. Pendant deux jours, Frédéric Pommier a rencontré des proches et des moins proches de celui qui pourrait être le prochain président. Et hier matin, c'était jour de marché dans la petite commune de Nay, à quelques kilomètres de Bordères, là où habite François Bayrou. A Nay, pour votre information, on peut notamment visiter le musée du béret, du béret béarnais bien sûr. Et c'est sur ce marché là que Madame Bayrou, Babeth, a - dit-on - ses habitudes, si l'on en croît en tout cas le poissonnier, qui l’aime évidemment beaucoup (interview). Le candidat de l'UDF est donc un mangeur de poisson, mais également de foie gras. Eh oui, c'est la région. Le producteur local, Bernard Pouts, est d'ailleurs l'un de ses amis, il est comme lui de Bordères et ce qu'il apprécie par dessus tout chez le centriste, c'est qu'il a le cœur sur la main (interview). En entendant parler des prières de la maman de François Bayrou, Frédéric Pommier a soudain eu l'idée d'appeler son ancien aumônier. Il est aujourd'hui prêtre à Serre-Castet, près de Pau et il serait intéressant d'évoquer avec lui les mystères de foi. Mais au presbytère, on n’a pas répondu. Alors sur le marché, beaucoup de témoignages de soutiens au candidat de l'UDF, mais il n'y a tout de même pas QUE des militants centristes dans le Béarn. Eh bien non, sur ses terres également, François Bayrou a des opposants. Ainsi Gérard et Gilles, pas franchement sensibles au charme politique de celui qui pourtant se targue de savoir conduire un tracteur (interview). Et puis il y a également le président du groupe socialiste au Conseil Général des Pyrénées Atlantiques. Il s'appelle Georges Labazet et lui critique en premier lieu l'absence de celui qui pourtant se targue d'être ultra-présent dans son département (interview). Et ce que vous entendez là, c'est la cloche de l'église de Bordères. Quand même, ce serait bien de rencontrer l'ancien aumônier de François Bayrou mais au presbytère de Serre-Castet, on n'a pas répondu… Ambiance. Nous voilà à Bordères. Nous sommes cette fois tout près de la maison de François Bayrou. Elle est juste à côté de l'église, sa maison. De part et d'autre, il y a des fermes, on entend cocqs et moutons. Et lorsqu'on se promène dans le village, on distingue les sommets enneigés de la chaîne des Pyrénées. C'est très beau. Quand on se promène, on croise aussi ces temps-ci des journalistes venus enquêter sur les racines de Bayrou. Alors le maire, Alain Laulhé, il en dit quoi, de cet attrait soudain pour son village et son illustre habitant ? (interview). On ne sait pas mais on espère, du côté des amis Béarnais du candidat de l'UDF. Ainsi Marie-Gabrielle Monset, aujourd'hui prof d'anglais, elle était en classe de 6ème avec François Bayrou. "Et il sera président", promet-elle, en se souvenant qu'au collège, il était tout à la fois très studieux et très dissipé (interview). Monsieur Biès se souvient lui aussi très bien de ce qu'était l'enfant François Bayrou (interview). Et vous imaginez bien qu'à ces mots tout empreints de lyrisme et même de mysticisme, Frédéric Pommier a tout de suite composé le numéro du presbytère de Serre-Castet. Et cette fois, on a répondu. Une adorable dame qui a expliqué qu’il était possible de rencontrer l'ancien aumônier de François Bayrou. Parce que, a-t-elle dit, le prêtre est parti en cure, au Maroc. Un dossier de Frédéric Pommier, du service politique de France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.