Mont de piété
Mont de piété © Radio France / Marion L'Hour

La crise de la dette, la note AAA de la France menacée, tout ça peut sembler technique mais c'est du concret pour le quotidien des Français. Ils de plus en plus nombreux à souscrire des prêts sur gage. Grosse affluence dans les crédits municipaux.

En ce moment 700 personnes par jour déposent leurs objets précieux en échange d'un prêt à taux réduit. 120 de personnes de plus qu'il y a un an.

Presque tout le monde retrouve son bien à terme, mais aujourd'hui ça prend plutôt deux ans contre un an avant 2008.

Un reportage de Marion L'Hour

Une exposition est installée en ce moment dans les locaux du Crédit municipal

"Quand il en faut venir là..." P. Feuchère - Lithographie de Demanne Musée Carnavalet
"Quand il en faut venir là..." P. Feuchère - Lithographie de Demanne Musée Carnavalet © Radio France / P. Feuchère - Lithographie de Demanne Musée Carnavalet

Il s'agit de l'histoire du Mont de piété de sa création en 1634 jusqu'au XXe siècle.

L'exposition s'arrête en 1918 mais aujourd'hui Bernard Candiard, directeur général confirme la tendance : prêts en hausse au fil des crises à répétition...

"Il y a un parallèle, explique-t-il entre la courbe du chômage, le moral des ménages et les activités du Mont de piété."

La première augmentation très forte des activités est intervenue en avril 2008. Depuis le niveau reste très élevé avec une nouvelle augmentation cette année. Toutes les catégories sociales sont représentées avec une surreprésentation du XVIème arrondissement, mais aussi la Seine-Saint-Denis.

La clientèle est à 80% féminine. On dépose beaucoup de bijoux. Neuf personnes sur dix récupèrent les objets qu’ils déposent, mais ils mettent plus longtemps à trouver les moyens de les reprendre.

Le Crédit municipal s’est également lancé depuis trois ans dans le microcrédit personnel pour ceux à qui les banques ne prêtent pas.

__

Bernard Candiard, directeur général du Crédit municipal avec Marion L'Hour

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.