À l'occasion de la COP23 qui a lieu en ce moment à Bonn, direction les États-Unis, mauvais élèves de la politique climatique mondiale notamment pour préserver son industrie minière, et les emplois qui l'accompagnent.

Les mineurs de charbon de War, en Virginie-Occidentale, fiers du soutien de Trump
Les mineurs de charbon de War, en Virginie-Occidentale, fiers du soutien de Trump © Radio France / Grégory Philipps

Nous sommes à 600 kilomètres de Washington, dans les Appalaches, plus précisément dans la petite ville minière de War, en Virginie-Occidentale. 775 habitants, dont la plupart sont des mineurs. C'est l'une des régions les plus pauvres des États-Unis (une famille sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté) et d'ailleurs, la ville offre un spectacle de désolation, avec de nombreux commerces fermés. Restent ouverts : un supermarché, deux petits restaurants, et cinq églises. Tout le reste a fermé.
 

De nombreux commerces de la ville ont fermé
De nombreux commerces de la ville ont fermé © Radio France / Grégory Philipps

Mais depuis l'élection de Trump il y a un peu plus d'un an, les mineurs de War reprennent espoir. En 2016, l'État de Virginie-Occidentale a voté Trump à 70%. Le président américain est depuis revenu sur les accords de Paris, a dit qu'il allait sauver l'industrie du charbon (il reste encore 56.000 mineurs aux USA). Et les habitants assurent que depuis l'arrivée de Trump à la Maison Blanche, les choses vont mieux. Pour preuve, on revoit des trains plein de charbon à nouveau sur la petite voie ferrée qui traverse la ville...

L'entrée de la mine de War, en Virginie-Occidentale
L'entrée de la mine de War, en Virginie-Occidentale © Radio France / Grégory Philipps

► VIDÉO | Dans les mines, le travail est difficile et implique de bien respecter de nombreuses règles qui peuvent sauver la vie des mineurs. Gregory Philipps est descendu avec l'un d'entre eux.

L'équipe
  • Grégory PhilippsGrand reporter, envoyé spécial permanent de Radio France à Washington
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.