La Croix-Rouge ouvre deux jours de conférence mondiale à Cannes, sur le réchauffement climatique et son impact sur la santé de l'humanité. Mais dans certaines régions de la planète, comme sur l'île de la Réunion, l'augmentation de 2° est déjà lourde de conséquences.

En raison du réchauffement climatique et de ses conséquences, la Croix-Rouge a décidé de stocker du matériel d’urgence à la Réunion, disponible à tout moment en cas de catastrophe naturelle.
En raison du réchauffement climatique et de ses conséquences, la Croix-Rouge a décidé de stocker du matériel d’urgence à la Réunion, disponible à tout moment en cas de catastrophe naturelle. © Radio France / Solenne Le Hen

Un monde à +2 degrés, dans beaucoup de pays, n’aura pas une grande incidence sur la santé des populations. En revanche, un département français subit déjà les effets de ce réchauffement climatique : à La Réunion, on fait face aujourd’hui, comme on peut, au dérèglement climatique et à ses catastrophes météo et on tente d’anticiper celles de demain. 

A la Réunion, à l'école Philippe Vinson, cours de prévention contre les catastrophes naturelles auprès d'une classe de CM2
A la Réunion, à l'école Philippe Vinson, cours de prévention contre les catastrophes naturelles auprès d'une classe de CM2 © Radio France / Solenne Le Hen

Sécheresse, climat qui se dérègle : tout cela s’apprend à l’école et c’est même au programme pour de nombreux élèves. La maîtresse, Claire Despréaux, explique qu'ici, le réchauffement climatique n’est pas un lointain concept. Les élèves apprennent dès le CM1 les consignes en cas de catastrophe météo. La Croix-Rouge, de son coté, a désormais décidé de stocker sur place des centaines de tonnes de matériel d’urgence. 

À l'avenir, encore plus d'inondations, de tempêtes, et d'épidémies

Ces derniers mois, tous les records de chaleur ont été battus à la Réunion. Les habitants ont coutume de dire en riant que l’île concentre tous les risques naturels, sauf la tempête de neige. À l’avenir, la population s’attend à des cyclones plus violents, à davantage d’inondations, de glissements de terrain, de feux de forêts, d’épidémies aussi à cause de la prolifération de moustiques. 

Les bénévoles de la Croix-Rouge font de la prévention contre l’épidémie sur le marché de Saint-Louis, dans le sud de l’île de la Réunion
Les bénévoles de la Croix-Rouge font de la prévention contre l’épidémie sur le marché de Saint-Louis, dans le sud de l’île de la Réunion © Radio France / Solenne Le Hen

En ce moment, l’île fait face à une épidémie de dengue (véhiculée par le moustique-tigre). Elle a débuté en 2018, mais le nombre de cas explose. Il y a déjà 40 000 cas, 900 nouveaux malades par semaine au dernier décompte (pour ce qui concerne les cas avérés, mais les autorités sanitaires estiment même l’ampleur à 1 500 nouveaux cas par semaine). 

Le foyer épidémique se trouve dans le sud de l’île. Paris a déjà envoyé en mars des renforts de la protection civile. Le pic de l’épidémie est attendu dans les prochains jours. L’île est en alerte de niveau 4 sur 5. En raison des derniers records de chaleur, l’hiver n’a pas permis de tuer les moustiques, qui se sont renforcés et propagent davantage l’épidémie. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.