Le projet Cigéo de stockage géologique des déchets radioactifs, dans l'est de la France, est soumis à débat public à compter d'aujourd'hui.

Cette procédure est un préalable à la demande d'autorisation, dont le dépôt est prévu en 2015. Tous les Français sont invités à y participer et à donner leur avis, qu'ils habitent dans la région concernée ou pas. Sur place, il n'y a que huit habitants au kilomètre carré et l'opposition a du mal à se faire entendre.

Le reportage de Nathalie Fontrel

1 min

E Cigéo les associations : fontrel nath

Les opposants au projet accusent l'Etat d'acheter les consciences et l'adhésion des élus en versant beaucoup d'argent (60 millions d'euros par an) pour subventionner des projets de développement économique.

Nathalie Fontrel

1 min

E Cigéo les élus : fontrel nath

Sous réserve d'autorisation, les premiers travaux de construction interviendraient en 2019, pour un début d'exploitation en 2025. Cigéo figure parmi les projets plus avancés dans le monde, avec les programmes finlandais et suédois."Le problème touche tous les pays disposant d'installations électronucléaires qui produisent des déchets à haute activité et des déchets à vie très longue", explique Gérald Ouzounian, directeur international de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Au niveau européen, une directive de juillet 2011 exige la publication d'un programme national de gestion par chaque pays membre d'ici juillet 2015. La France a choisi l'argile de la région de Bure, à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne, et prévoit le stockage, à 500 mètres de profondeur, des déchets de "haute activité", principalement des résidus hautement radioactifs issus du traitement des combustibles usés, et des déchets de "moyenne activité à vie longue".Le permis de construire est en cours d'instruction depuis 2010. "Nous espérons obtenir ce permis fin 2016 pour lancer dès 2017 la première phase de construction", a déclaré Saida Laârouchi-Engström, vice-présidente de SKB, l'organisme en charge de la gestion des déchets radioactifs, citée dans un document de l'Andra.D'autres pays ont des échéances beaucoup plus lointaines ou sont encore en phase d'études, comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne en Europe, les Etats-Unis ou le Canada.

Le projet de Bure
Le projet de Bure © Radio France / Idé

.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.