Comment réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? Alors que le gouvernement dresse le bilan du plan climat (séminaire hier et aujourd'hui à Paris), qu'en est-il de l'or vert ? Les végétaux peuvent-ils remplacer l'or noir ? Les tensions sur le prix du pétrole et du gaz relancent l'intérêt pour les molécules d'origine végétales et animales. C'est ce qu'on appelle la "Chimie Verte". On pense évidemment aux biocarburants. Mais il n'y a pas que ça. Cette chimie là est capable de travailler sur les végétaux et d'en extraire des molécules dont les qualités sont comparables à celles qui sont utilisées par la pétrochimie. Exemple : le plastique bio à base de maïs ou de blé. L'intéret c'est aussi de se passer des hydrocarbures que la terre a mis des millions d'années à fabriquer. Les végétaux sont des matières premières renouvelables, biodégradables. Ils peuvent même remplacer des molécules toxiques. C'est le cas par exemple d'un produit de traitement du bois. La Chimie verte répond aussi à un autre enjeu : limiter nos émissions de gaz à effet de serre, puisqu'on évite de déstocker du carbone fossile. Les cultures industrielles permettent également de pomper le gaz carbonique : elles en ont besoin pour assurer leur croissance . A condition bien entendu que ces cultures soient sobres en engrais et en pesticides. Mais peut-on imaginer que la terre se couvre de cultures industrielles ? Aujourd'hui en France, ce que l'on appelle la biomasse non alimentaire représente 5% des cultures. Elle pourrait rapidement atteindre 20%. L'or vert pourra il remplacer complètement l'or noir ? Les américains sont en pointe dans ce domaine. Des fabricants viennent d'annoncer la mise sur le marché d'une chaussette bio à base de fibres de maïs dès l'an prochain. Et dans les voitures, il y a des végétaux : des fibres de chanvre ou de lin incorporées au tapis de sol et même au tableau de bord : 5 à 15 kilos dans les modèles français. 30 kilos dans les voitures allemandes. LIVRE : L'INRA publie un ouvrage collectif qui fait le point sur la question : "La Chimie Verte" aux éditions Lavoisier. Un dossier de Nathalie Fontrel, journaliste-spécialiste des questions d'environnement à France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.