Philippe de Dieuleveult, l'animateur-vedette de « La Chasse au trésor », n'est pas mort noyé mais assassiné par les services secrets zaïrois. 23 ans après les faits, c'est ce qu'affirme le magazine "XXI" qui paraîtra demain en librairie. Des témoignages et des documents inédits ont été recueillis par la journaliste Anna Miquel en République démocratique du Congo, l'ex-Zaïre. De nouveaux éléments qui ébranlent la version officielle de la mort de Dieuleveult et de son équipage, partis en expédition sur le fleuve Zaïre. Selon plusieurs anciens membres des services de renseignements et de la garde rapprochée de l’ex dirigeant dictateur Mobutu, Philippe de Dieuleveult et son équipage auraient été arrêtés, interrogés, torturés puis exécutés, car soupçonnés par les Zaïrois de vouloir mener une action secrète sur leur territoire. (Interview d'Anna Miquel). La thèse d'Anna Miquel est confirmée par des documents des services de renseignements zaïrois et par un procès-verbal d'audition de Philippe de Dieuleuveult - document de la division présidentielle, daté du 8 août 85, deux jours après la disparition. La signature de Dieuleveult sur ce document a été authentifiée par ses proches. Ces nouveaux éléments confortent le sentiment de Jean de Dieuleveut, l'un des frères de l'aventurier, qui n'a jamais cru à la noyade de son frère. Les autorités françaises ont tout fait pour le dissuader d'enquêter sur place, jusqu'à tenter de le convaincre qu'on avait bien retrouvé le corps de son frère (interview). A l'époque, des militaires sont immédiatement envoyés sur place, mais la France n'a aucune envie d'envenimer ses relations avec Mobutu. Voilà ce que dit au téléphone, le ministre des affaires étrangères, Roland Dumas, à Yves de Dieuleveult, un autre frère du baroudeur, qui connaît parfaitement l'Afrique (interview). Contacté, Roland Dumas n'a pas souhaité s'exprimer sur cette affaire. Philippe de Dieuleveult avait-il des intentions cachées ? Pour la DGSE, pour son propre compte ou pour une officine ? Son frère Jean n'exclut pas une action clandestine au Cabinda, une enclave de l'Angola. Pour Christian Prouteau, l'ex-responsable de la cellule anti-terroriste de l'Elysée, Philippe de Dieuleveult voulait rencontrer des opposants à Mobutu pour faire un "coup médiatique". Il l'avait rencontré à Paris, peu de temps avant son expédition, visiblement l'esprit ailleurs (interview). Aujourd'hui, les proches de Philippe de Dieuleveult n'excluent pas de demander la réouverture du dossier judiciaire. Un reportage de Benoît Collombat. L’enquête d’Anna Miquel est à retrouver à partir de demain dans le magazine "XXI", disponible en libaririe.

liens

[Philippe de Dieuleveult : l'enquête qui démontre l'assassinat](http://www.radiofrance.fr/franceinter/ev/fiche.php?ev_id=553 "Une page spéciale avec des interviews et des documents inédits.br /

br / ")

Une page spéciale avec des interviews et des documents inédits.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.