Cela concernerait 6% des élèves… Restauration, surveillance, manutention sont les principaux secteurs qui recrutent ces jeunes. L'avantage est évidemment de mettre un pied dans le monde professionnel. Mais le rythme est difficile à tenir : 20 heures de travail le week-end, les cours et les devoirs la semaine. Le risque, pour ces 130 000 élèves qui travaillent en France, c'est de tomber dans un engrenage. Gagner plus d'argent et suivre de moins en moins les cours. Un reportage de Sonia Bourhan

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.