Un reportage signé Nathalie Fontrel « Non au gaz de schiste » ! Après la découverte de permis d'exploration -3 ou 4, on ne sait même pas- les populations concernées multiplient les manifestations. Nathalie Frontrel s'est rendue en Ardèche, à Villeneuve de Berg. Deux permis ont été signés par Jean-Louis Borloo en mars dernier, sans que les populations aient été informées. C'est le premier grief : le secret puis le manque d'information. Le maire de Villeneuve de Berg, Claude Pradal, a invité le représentant de GDF Suez à une réunion publique : "venez nous expliquer", voici la lettre qu'il a reçue en réponse. Lecture de la lettre reçue par Claude Pradal A la mairie, le téléphone ne cesse de sonner. La ministre de l'Environnement, Nathalie Kosciucko-Morizet, a pourtant suspendu les permis en attendant une étude d'impact qui doit être remise à la fin du mois de mai. L'impact ? Guillaume Vermorel l'a étudié sous toutes les coutures. Il est spéléologue. Interview de Guillaume Vermorel - Et donc, aujourd'hui on sait faire ? Oui au prix d'une énorme consommation d'eau mélangée à des produits chimiques. Mais l'Ardèche ne veut pas se transformer en gruyère. Le maire de Lagorce nous emmène au bord d'une route qui surplombe la zone concernée. Hervé Ozil. Interview d'Hervé Ozil - Défense de l'écologie et de l'économie locale. Ces arguments sont-ils entendus par les industriels ? C'est la question que Bruce de Galzain a posé au président de l'Union française des industries du pétrole, Jean-Louis Schilansky. Interview de Jean-Louis Schilansky Car aujourd'hui, la France importe la quasi totalité de son gaz. Mais pour les écologistes, la vraie indépendance énergétique, ce sont les économies d'énergie. Michèle Rivasi a rencontré la ministre de l'Ecologie. Elle a obtenu la suspension des permis, mais la député européenne ne décolère pas. Interview de Michèle Rivasi

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.