Le Paris Saint-Germain joue mardi soir (21h) le match le plus important de sa saison face au FC Barcelone en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Reportage à Barcelone, l’un des plus grands clubs du monde aujourd’hui en danger à cause de la crise sanitaire et économique, qui s'apprête à élire son président.

CAMP NOU, BARCELONE.
CAMP NOU, BARCELONE. © Maxppp / Clementz Michel

Sur les grandes avenues de Barcelone, comme les fameuses Ramblas qui vont à la plage, les trottoirs sont ornés d’affiches électorales. Dimanche, la Catalogne était appelée à choisir un nouveau président. Mais un vote plus important arrive dans trois semaines, celui du nouveau président du Futbol Club Barcelona. Carles nous accueille au QG de campagne de Joan Laporta, favori de l’élection le 7 mars prochain : "Bonjour, bienvenue. On vit une période importante pour notre région et notre club. Mais aujourd'hui, le FC Barcelone est plus connu dans le monde que la Catalogne. C'est pourquoi on dit que le Barça est plus qu'un club."

"Supporter le Barca, c'est aimer la Catalogne"

Un slogan bien connu des fans de foot, peint en jaune à l’intérieur du Camp Nou, l’enceinte gigantesque du Barça, le plus grand stade d’Europe devant lequel nous retrouvons Marc, un des 'socios' du club. Plus que des supporters, les socios sont près de 150.000 propriétaires dont une grande partie décide de la vie du club démocratiquement. Marc nous explique que le FC Barcelone n’est pas qu’une équipe de foot. Le club performe aussi en basket, en handball. Une histoire et un fonctionnement à part, une exception dans le foot actuel : "Je suis socio depuis que je suis né. C'est un cadeau de mon grand-père qui m'a parrainé. C'est courant ici. 

"Les gens ont sur eux avant tout leur carte de socios, plutot que leur carte d'identité". 

"Pour les Catalans, le Barça représente beaucoup, notamment après la période du franquisme. À cette époque, il était interdit de parler catalan sauf à l'intérieur du Camp Nou, symbole de la liberté. Mon grand-père l'a vécu et nous a transmis cette héritage. Supporter le Barça, c'est aimer la Catalogne."

"Le club ne va pas bien économiquement"

Sauf qu’aujourd’hui, la maison Barça est en danger, un des grands clubs qui souffrent le plus de la crise sanitaire et économique. La dette de l’institution a dépassé récemment le milliard d’euros. Un monument en péril que connait bien Jaume Naveira, journaliste et commentateur, rencontré au siège du groupe audiovisuel espagnol Mediapro : "C'est un des débats de la campagne. Est-ce que le club peut devenir une société anonyme sportive? Cela signifierait que les socios perdraient leur pouvoir, leur pouvoir de décision au club. Aujourd'hui le Barça ne va pas bien économiquement. Cette situation pourrait faciliter l'arrivée d'investisseurs étrangers. C'est une des grandes craintes des socios et une question qui anime beaucoup la campagne."

"Lionel Messi restera à Barcelone"

Une campagne qui voit s’affronter trois candidats : l’homme d’affaires Victor Fonte, l’avocat Toni Freixa et le favori donc et ex-député Joan Laporta. Président du FC Barcelone de 2003 à 2010, Laporta a tout gagné avec un certain Lionel Messi, aujourd’hui en fin de contrat. Le joueur est le plus cher de l’histoire mais le meilleur et donc indispensable au Barça. Joan Laporta le sait et veut tout faire pour le garder : "Je suis sûr que Léo est content aujourd'hui à Barcelone. Je verrai la possibilité économique du Barça pour faire une proposition à Léo Messi, et en même temps, ce sera une proposition sportive très compétitive. Léo restera au Barça."

La survie du club à court terme en dépend, alors que Lionel Messi est annoncé à Paris. Un transfert appelé de ses vœux par Neymar, son ex-coéquipier, chipé déjà par le PSG à Barcelone il y a quatre ans après la remontada. Cette fois encore, pas sûr que le Barça ait les moyens de gagner ce match financier face au club du Qatar.

Les invités
Contact