Laurent Bruxelles mea
Laurent Bruxelles mea © Radio France

Il y a 21 ans, Ron Clarke, paléoanthropologue sud-africain a découvert ce fossile . Quatre petits os d'un pied, mis de côté dans une boîte, ont conduit le scientifique à chercher le reste du squelette dans une grotte souterraine. Aujourd'hui l'australopithèque est complet , ce qui le rend exceptionnel.

De Lucy par exemple on n'a que 40% des os. Tout récemment, l'âge de Little Foot a été revu : 3,67 millions d'années . Donc plus vieux que Lucy.

La méthode utilisée est nouvelle . Elle doit beaucoup à un jeune géologue français qui, du coup, bouscule la chronologie de l'évolution humaine, l'histoire de nos ancêtres.

Partons dans la région de Sterkfontein , à une heure de Johannesbourg environ, un paysage de savane où aujourd'hui on vient admirer les lions, les hyènes et les antilopes. Le décor n'a guère changé depuis quatre millions d'années. Au milieu des herbes hautes, quelques arbres ici et là, des talus et des cavités. Elles marquent la présence sous nos pieds, de grottes souterraines, résultat d'une histoire géologique compliquée.

C'est là que Ron Clark a trouvé dans sa position de mort, Little foot , le pouce replié dans sa main fermée. Que lui est-il arrivé ? La cohabitation avec les animaux sauvages n'était pas des plus pacifiques, comme en témoignent les fossiles d'australopithèques dégagés. Plus de mille depuis 1924.

Les explications de Laurent Bruxelles chercheur à l'INRAP

ces cavités, c'est l'endroit où il y a des arbres...les os dans la grotte ont des traces de dents

Au fond, mais totalement enchâssé dans un sédiment dur comme du béton. Car au fil des centaines de milliers d'années, les cavités se sont créées, remplies, les couches ont glissé, se sont mêlées. Les six niveaux géologiques étaient jusqu'ici mal compris.

C'est Laurent Bruxelles , karstologue à l'université de Toulouse qui est en train de tout éclaircir. Venu à la demande des chercheurs sud-africains , il a mis sept ans à départager la communauté qui s'écharpait sur l'âge de Little Foot . Il a 3, 67 millions d'années, 470 000 ans de plus que Lucy.

La méthode du Français s'appelle l'analyse stratigraphique, basée sur une connaissance fine des réseaux karstiques. En somme il a réussi à numéroter les pages toutes mélangées d'un livre.

Stratigraphie
Stratigraphie © Radio France

C ette grotte aujourd'hui pénétrable était remplie de calcite

C'est en effet pour extraire la calcilte, un fondant pour l'or, que les mineurs sont entrés dans ces grottes. D'énormes stalactites et stalagmites formés à la suite du ruissellement des eaux, qu'ils ont sortis des cavités. La chute du cours de la calcite a sauvé Little foot dont il n'avait atteint que le pied.

Il a fallu 17 ans pour dégager le squelette complet...l'excavation a été dantesque. Au burin pour les gros blocs mais ensuite, sur place avec une fraise de dentiste. La gangue qui entoure le squelette est comparable à du béton. et surtout, les os de l'australopithèque étaient parfois collés à ceux de léopards ou de hyènes. Pour les paléontologues, tout ça c'est de l'or.

Si l'Unesco a classé Sterkfontein comme berceau de l'humanité, c'est en raison de la densité d'australopithèques présents, le nombre d'espèces différentes et aussi par la durée d'occupation du site. En six niveaux, de Little Foot, âgé de presque quatre millions d'années, à homo ergaster, l'un de nos ancêtre direct , âgé, lui, d'un million d'années, on a des fossiles mais aussi des outils fabriqués , témoins de l'évolution des capacités cognitives de l'homme.

A sterkfontein on trouve des outils en pierre... mais à 200 m de là, sur la colline de Swartsank, on a trouvé deux indices de présence plus récente... des outils en os d'animaux et les premiers feux maîtrisés par l'homme.... Rosny aîné/ la guerre du feu

Travis Pickering , de l'Université du Wisconsin, fouille la colline de Swartkrans.

Il n' y a pas de traces de foyer mais des os brûlés. On a fait des analyses chimiques sur ces os et de l'histologie , l'étude du tissu osseux, et cela correspond aux changements qu'on observe quand on sort les os d'un feu de camp. On ne pense pas que ce soit le résultat d'un feu naturel car les os ont brûlé à une température plus basse , celle qui correspond aux feux de camp. Et puis certains os ont des petites marques, fait par des outils en pierre. On les a datés à un million d'années alors oui , on pense que c'est la première découverte de feu maîtrisé .

__

Numéroter les pages du livre, trouver des filiations, c'est évidemment le but de ces recherches.

Car comme le souligne Francis Thackeray, ancien directeur de l'institut de l'évolution à l'Université de Witwatersrand , les débats continuent de faire rage dans la discipline .__

Y a t-il des frontières précises entre toutes ces espèces ? c'est une question passionnante de la paléoantropologie actuellement avec tous ces débats ... comment classifier tous ces fossiles, comment construire l'arbre de l'évolution ? il n'y a pas de consensus parmi les paléoanthropologues qui essaient de relier ces espèces les unes aux autres dans cette famille des hominidés. Mais ce que je trouve excitant c'est qu'on a maintenant une nouvelle méthode basée sur les mathématiques qui permet d'évaluer la filiation entre une espèce et l'autre, et cela éclaire d'une façon différente l'approche des fossiles.

Après les découvertes en Afrique de l'Est (Ethiopie ) de l'Ouest (Tchad ) et du Sud, le berceau de l'Humanité est plus que jamais en Afrique mais avant de mettre tout le monde d'accord sur un scénario unique et qui mette tout le monde d'accord, d'autres fouilles seront nécessaires.

La Namibie est le prochain terrain d'exploration. L'Afrique australe reste, par le nombre de fossiles et le laps de temps, exceptionnellement long, un berceau précieux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.