Un reportage signé Pierre-Louis Castelli L'élection du president de la Féderation française de football aura lieu samedi à Paris, dans un contexte plutôt tendu après la déroute lors de la dernière Coupe du Monde et l’affaire "des quotas". Trois candidats pour un poste envié : - Noël Legraet, vice-president de la Fédération, en charge des affaires économiques et surtout, ancien président de la Ligue de football professionnelle ; - Eric Thomas, pur produit du monde amateur et qui entend sauver les petits clubs ; - Le président sortant, Fernand Duchaussoy. Combattu par ses adversaires, Duchaussoy fait front et se place sur le même terrain que Legret et Thomas. C’est vrai, le football amateur va mal. Interview de Fernand Duchaussoy Etonnamment, Noël Legraet fait campagne sur le même thème : sauvons le monde amateur. Interview de Noël Legraet - Et si la surprise venait du troisième homme,, Eric Thomas, jeune president de club amateur. Depuis quelques mois, il avait lancé son blog, "Le foot d’en-bas et d'aujourd’hui". Eric Thomas ne craint pas de dire que ses adversaires défendent un même monde : celui des professionnels. Alain Orgeur est président d’un petit club d’Albi. Pour lui, aucun doute, il faut vite changer de pratique, d’autant qu’à la Féderation, on perd des licenciés. Interview d'Alain Orgeur - Justement, Laurent Blanc a-t-il choisi son camp ? Pas vraiment, mais on sent bien que le sélectionneur est très marqué par l’affaire des quotas. Il s’est excusé et il espère une nouvelle gouvernance. Interview de Laurent Blanc Les joueurs restent à l’écart, comme si cette élection n’allait rien changer pour eux. Interview du gardien Cédric Carraso Cela s’appelle être concerné ! Election samedi : 266 votants pour le patron de la plus grosse fédération sportive en France qui comprend deux millions de licenciés.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.