Près de 200 migrants, venus principalement de la corne de l'Afrique, sont bloqués à la frontière franco-italienne par les autorités françaises. "Laissez-nous passer" demandent ces migrants sans cesse repoussés vers l'Italie.

Des migrants de la corne d'Afrique manifestent à la frontière pour pouvoir passer en France
Des migrants de la corne d'Afrique manifestent à la frontière pour pouvoir passer en France © Radio France / Géraldine Hallot

Ils sont plus d'une centaine de migrants à camper à la frontière franco-italienne avec l'espoir de passer en France. Un cordon de policiers français leur barre la route, mais ils ne repartiront pas.

Nous avons besoin de passer, nous ne repartirons pas, où est l'humanité?

Bloqués depuis jeudi, ils ont été dispersés par la police italienne, mais certains sont revenus et campent désormais sur les rochers en contrebas de la frontière. Les contrôles dans les trains entre l’Italie et la France sont renforcés, notamment à la gare de Menton-Garavan, où les autorités ramènent parfois manu militari les migrants. Les associations sur place dénoncent des reconduites aux frontières illégales. La préfecture des Alpes-Maritimes se défend d’appliquer la loi, le directeur de cabinet du préfet, François-Xavier Lauch, assume cette politique de fermeté.

Le ministre de l’Intérieur a donné tous les moyens nécessaires au préfet pour faire le travail qui est le nôtre et qui est de décourager le passage par les Alpes-Maritimes

Les migrants dans l’impasse

Les associations demandent la mise en place d’un corridor humanitaire parce que ces migrants souhaitent rejoindre, pour la plupart, la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou les pays scandinaves. Une des solutions pour Adelaïde Bertrand, directrice du Secours Catholique dans le département, serait de modifier les accords de Dublin. Ils stipulent que c’est le pays qui accueille les demandeurs d’asiles en premier qui doit les prendre en charge.

C’est un peu chacun pour soi, chaque pays de l’Europe va faire en sorte d’en avoir le moins possible. Avant, l’Europe avait des conditions d’accueil donc elle peut les retrouver

L’Italie soutient également l’idée de modifier les accords de Dublin. Les 28 ministres de l’Intérieur de l’UE réunis à Luxembourg, étudient, ce 16 juin, la mise en place de quotas de réfugiés par pays.

Tous les moyens sont bons

Prendre la route comme le train est impossible pour ces migrants qui ont déjà survécus au désert libyen puis à la Méditerranée, alors certains tentent la traversée par la montagne, des chemins dangereux, souvent en vain.

Une centaine de migrants face à des policiers français les empêchant de passer
Une centaine de migrants face à des policiers français les empêchant de passer © Radio France / Géraldine Hallot
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.