Le FN revient en force avec des triangulaires dans 12 régions, à commencer par celle du Nord-Pas-de-Calais, où Marine Le Pen rassemble plus de 18% des voix. Dans son fief d’Hénin Beaumont, elle frôle même les 40%. Dans cette commune de 25 000 habitants, le chômage flirte avec les 20%. Tout autour, le paysage avec ses terrils porte encore les stigmates de toute une époque, celle des mines. Bassin minier donc, bassin ouvrier, historiquement ancré à gauche. Et vous allez voir qu’ici le Front National évoque peu les thèmes traditionnels de l’insécurité ou de l’immigration, mais évoque volontiers l’emploi. Bref, va chercher dans ces anciennes cités ouvrières ceux qui hier encore cotisaient à la CGT. Illustration au QG du FN, discrètement installé au 1er étage d’un bâtiment en centre-ville. Hier, les militants préparaient déjà les affiches pour dimanche prochain (interview). Qu’ils soient en chemise ou en maillot de supporter du RC Lens, le club de foot, la tactique de ces militants est claire : incarner la nouvelle génération de l’extrême-droite et dédiaboliser le parti. C’est bien ce que craint Albert le Bleu, ancien de Métalleurope, licencié il y a 7 ans avec les 800 autres salariés. Aujourd’hui il est vice-président de l’association « Cœur de Fondeur », qui regoupe des anciens ouvriers (interview). Conséquence pour cet ancien ingénieur : le vote FN donc mais aussi le fort taux d’abstention. Abstention à plus de 55% dans la région Nord et plus de 57% à Hénin Beaumont. Ce sera l’enjeu du second tour. D’ailleurs, certains anti FN comptent sur un réveil des électeurs, c’est le cas de Brigitte, elle est salariée dans la petite friterie place de l’église (interview). _____Un reportage d’Hélène Roussel et Nicolas Mattias à Hénin-Beaumont dans le Nord-Pas-de-Calais.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.