"Allons en France" vous emmène ce jeudi au Glaizil, petite commune de 180 habitants au nord de Gap, où le Front National a fait plus de 65% aux dernières élections régionales.

Dans les villages le long de la nationale 85, le FN a réalisé de très bons scores aux dernières élections
Dans les villages le long de la nationale 85, le FN a réalisé de très bons scores aux dernières élections © Radio France / Géraldine Hallot

C'est le long de la nationale 85 qu'"Allons en France" s'arrête aujourd'hui. Une route que les vacanciers connaissent bien, elle mène aux stations de ski, on y passe sans forcément s'arrêter. Le paysage est magnifique : la vallée du Champsaur, ses sommets enneigés, sa faune sauvage, son air pur. Grâce au ski et à la randonnée pédestre, les retombées touristiques sont importantes mais on reste loin de la fréquentation des stations de Savoie ou du Dauphiné. Les stations du coin, Ancelle, Saint-Léger-les-Mélèzes, Saint-Michel-de-Chaillot, Laye sont plutôt familiales, hormis celle d'Orcières-Merlettes.

► POUR EN SAVOIR PLUS | La série "Allons en France"

Pour y accéder, il faut donc emprunter cette route nationale 85 et traverser des villages aux volets clos, dans lesquels se succèdent les panneaux "à vendre". La Rochette, la Fare-en-Champsaur, Saint-Eusèbe-en-Champsaur, Le Glaizil, des communes où le Front National a réalisé de très bons scores aux dernières élections. Au Glaizil par exemple, les 180 habitants ont voté à plus de 65% pour Marion Maréchal-Le Pen aux élections régionales de 2015. C'est l'un des plus forts taux de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est la même chose à la Rochette, un peu plus au sud. Dans ces villages, les habitants se sentent souvent abandonnés, les commerces ont fermé, les retraites sont très modestes, ils ont l'impression d'être "déclassés".

Des retraites "misérables" pour ces habitants

Le village du Glaizil (Hautes-Alpes) où vivent 180 habitants
Le village du Glaizil (Hautes-Alpes) où vivent 180 habitants © Radio France / Géraldine Hallot

"Ma retraite est de 800 euros par mois, c'est vraiment des retraites de misérables", lâche le maire du Glaizil, ancien agriculteur. Fernand, qui a fêté ses 86 ans le 1er janvier est l'ancien du village. "Il y a tellement de frais, les poubelles, l'eau... 800 euros par mois, ça fait pas beaucoup, ça fait pas les 10 000 euros que touchait le coiffeur de Hollande", témoigne-t-il. Et quand on lui demande s'il s'intéresse à la campagne présidentielle, le vieil homme répond "c'est tout dans le même sac, on a plus qu'à secouer (...) maintenant les hommes politiques sont tentés par le fruit défendu, c'est le pognon qui compte".

À une trentaine de kilomètres de là, dans le village de La Rochette qui est désert, le vote FN a également été très élevé aux dernières élections. Une habitante s'interroge : "On a pas mal de gens, est-ce-qu'ils ont lieu d'être en France ? Je contacte beaucoup de gens qui ont une toute petite retraite, ils ne sont pas aidés comme les immigrés. Les immigrés, ils ont 350 euros, sont nourris, logés, je me demande même s'ils ne sont pas habillés".

L'église du village de La Rochette (475 habitants)
L'église du village de La Rochette (475 habitants) © Radio France / Géraldine Hallot

Le long de cette nationale, le Front national séduit de plus en plus les électeurs, d'autres se réfugient dans une très probable abstention.

►(RÉ)ÉCOUTEZ | Tous les épisodes d'Allons en France (cliquez sur la carte)

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.