Le président de la République présente ce matin ses voeux aux « forces vives », entreprises et syndicats. Nicolas Sarkozy, qui s'était présenté comme le « président du pouvoir d'achat », clarifiera peut-être ses intentions sur les 35 H. En attendant, dans les entreprises, la mise en oeuvre de la loi sur les heures supplémentaires, votée l'été dernier, est plutôt compliquée. Surtout pour les entreprises de moins de 20 salariés, qui malgré les baisses de charge doivent parfois payer les heures sup plus cher. Elles sont désormais majorées de 25% dès la 36è heure. Anne-Sybille Riguidel, patronne d'une petite agence de communication avec 1 salarié dans les Hauts-de-Seine, a vite déchanté (interview). Pour les salariés attention. Ils ne sont pas imposés sur les heures sup mais, sur leur avis d'imposition, le revenu fiscal de référence va augmenter - ce qui peut éventuellement conduire à une baisse des prestations sociales, comme les aides au logement. Difficile d'appliquer la loi travail, emploi, pouvoir d'achat, la loi TEPA. C'est en tous cas ce que confirme André-Paul Bahuon, président de l'ordre des experts-comptables d'Ile-de-France (interview). On ne peut pas encore savoir si le nombre global d'heures supplémentaires a augmenté. D'après la Sécu, 40% des entreprises de plus de 10 salariés ont utilisé le dispositif en octobre - premier mois d'application - surtout dans les hotels-cafés-restaurants, les transports et le BTP qui utilisaient déjà beaucoup les heures sup. Quant aux entreprises qui ne l'ont pas fait, c'est souvent parce que lors du passage aux 35H, le travail a été réorganisé, justement pour qu'il n'y ait plus d'heures sup, explique Isabelle Chabran, avocate et formatrice au sein de l'institut Demos (interview). Des attentes fortes sur le pouvoir d'achat, qui ne sont pas forcément un rejet des 35H. Exemple : France Télécom a, en quelque sorte, anticipé le rachat des RTT, actuellement en discussion au parlement. L'opérateur a proposé en 2007 de payer une partie des congés non pris. 22 000 salariés, près d'un sur 5, a accepté, comme Luc Bresson, cadre à France Télécom (interview). La nouvelle loi sur le rachat des RTT doit être votée d'ici la fin du mois. Après, suppression ou pas des 35H ? Le président de la République a finalement assuré la semaine dernière qu'il n'avait pas l'intention de supprimer la durée légale du travail. Mais il y a cette idée, plusieurs fois évoquée, de permettre à chaque entreprise de fixer sa durée du travail par un accord entre l'employeur et ses salariés. Isabelle Chabran est formelle (interview). Fixer librement la durée du travail entre l'entreprise et les salariés. C'est en tout cas ce que souhaite le MEDEF. Un dossier de Sara Ghibaudo.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.