Clinique espagnole
Clinique espagnole © Julie Pietri

Le conseil des ministres espagnols a approuvé le texte sur la limitation de l'avortement le 20 décembre dernier. Le Parti populaire (PP) de Mariano Rajoy dispose de la majorité absolue au Parlement où ce texte devrait être adopté sans difficulté.

Le droit à l'avortement est menaçé en Espagne. Aujourd'hui, une femme peut y avorter jusqu'à 14 semaines de grossesse. Mais pour combien de temps ?

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy prépare actuellement une réforme, qui, si elle est votée par le Parlement, plongerait le pays 30 ans en arrière.

Dans ce projet de loi, l'avortement ne serait possible qu'en cas de viol ou d'incapacité physique ou mentale de la mère. Le projet annulerait en fait la loi de 2010 qui autorisait l'avortement jusqu'à 14, voire 22 semaines en cas de malformation du foetus.

Mais selon un sondage publié par le journal espagnol El Pais, 78% des Espagnols rejettent ce projet de loi... et de plus en plus de membres de la majorité s'interrogent. Certains demandent aujourd'hui sa suspension.

Un reportage de Julie Pietri

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.