la crimée dit un oui massif à la russie, selon la presse
la crimée dit un oui massif à la russie, selon la presse © reuters

Les Criméens se sont prononcés hier à une écrasante majorité en faveur d'une séparation de l'Ukraine et d'un rattachement à la Russie à l'issue d'un référendum controversé qui a mis les relations Est-Ouest au plus bas depuis la Guerre froide.

Selon les résultats de la commission référendaire, 95,7% des votants ont dit "oui" à un retour de la Crimée dans le giron russe, soixante ans après la cession de cette région à l'Ukraine par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev. Le taux de participation a été de 83%, un chiffre élevé compte tenu des nombreux appels au boycott du scrutin.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La Crimée vote massivement le rattachement à la Russie

Les pays occidentaux et les autorités ukrainiennes à Kiev ont dénoncé ce scrutin organisé par le parlement pro-russe de la région deux semaines après la prise de contrôle de cette péninsule de la mer Noire par les forces russes. Dans un entretien avec Vladimir Poutine, Barack Obama a déclaré que le référendum ne serait jamais reconnu par la communauté internationale et que les Etats-Unis et l'Union européenne étaient prêts à imposer des "coûts" supplémentaires à la Russie pour violation de la souveraineté ukrainienne.

► ► ► ECOUTER | Andreï Gratchev, ancien porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev

Dans la soirée, des milliers de personnes se sont réunies dans une ambiance festive sur la place Lénine de Simféropol, la capitale régionale, en brandissant des drapeaux russes et aux couleurs de la Crimée. Comme elle, une grande partie des 1,5 million d'électeurs criméens ont choisi de se tourner vers Moscou en raison des perspectives économiques jugées meilleures et pour vivre dans un pays qui a une place dans le concert des nations.

► ► ► ECOUTER | [La chronique de Bernard Guetta: Poutine et le coup d'après](La chronique de Bernard Guetta: Poutine et le coup d'après)

La Douma, chambre basse du parlement russe, adoptera dans un "très proche avenir" une loi autorisant la Crimée à rejoindre la Russie, a déclaré lundi son vice-président Sergueï Neverov, cité par l'agence Interfax. Un reportage de Julie Pietri

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.