Un reportage signé Christian Chesnot Cela fait maintenant plus de 2 mois que les 7 otages d'Areva sont entre les mains d'Al-Qaida au Maghreb Islamique. AQMI qui a fait du Sahel son sanctuaire d'où elle lance ses raids. Et dans cette guerre des sables, la Mauritanie est en première ligne. Christian Chesnot a pu constater sur place qu'AQMI est une vraie malédiction. Un fléau qui frappe l'un des pays les plus pauvres de la planète. Je me suis rendu dans l'Est de la Mauritanie, à Chinguetti, considérée jadis comme la 7ème ville sainte de l'Islam. Une bourgade du Sahara qui ne vit que du tourisme grâce aux randonneurs et aux amoureux du désert. Mais aujourd'hui, Chinguetti meurt à petit feu à cause des menaces d'AQMI. Dans ses ruelles ensablée, les vendeuses de colliers et de souvenirs se jettent sur les rares touristes qui passent encore. Une situation, qui désespère le maire, Mohamed Ould Amara. Il faut savoir que cette région à l'Est de Chinguetti a été placée en "zone rouge" par le Quai d'Orsay qui déconseille formellement aux touristes de s'y rendre. Une décision qui met en colère, Mohamed Salem Bontemps, patron d'une agence de randonnée aventure. - Sur place, les autorités ont-elles vraiment pris la mesure de la menace d'Al-Qaïda ? Oui, la lutte contre AQMI, c'est LA priorité nationale, même si les officiels, comme le ministre du Tourisme, Bamba Ould Daramane, préfère parler de "criminels "et de "bandes mafieuses". - Une opération d'enlèvement de type "Arlit" est-elle quand même possible ? A priori non, c'est en tout cas l'avis d'Isselmou Ould Moustapha, journaliste à Nouackchott. Cela dit, ce que l'on craint dans les chancelleries occidentales, ce sont des attentats suicides à Nouakchott ou encore des rapts de touristes isolés par des trafiquants locaux qui seraient ensuite revendus aux réseaux d'Al-Qaida.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.