Dans une campagne, il y a les candidats... et leur entourage. Ce matin, on va approcher ceux qui entourent les candidats socialistes à l'investiture. Autour de Ségolène Royal, de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius, il y a 3 hommes. Ce soir à 20h30, ils seront à côté de leur candidat sur le plateau de la chaine parlementaire ou devant la télé pour assister à la première confrontation. Il y a Claude Bartolone.... « l'ami ». Jean-Christophe Cambadélis ... « le penseur ». et Patrick Menucci... « le mécanicien ». On commence par « l'ami » de toujours, Claude Bartolone, Barto pour les intimes. Quand Laurent Fabius apparaît quelque part, il est dans les parages. Ces deux là ne se quittent plus depuis que Lionel Jospin a sommé les socialistes de choisir le chef de campagne des législatives. C'était en 86. Claude Bartolone a lâché le premier secrétaire du PS pour se tourner vers le premier ministre, vers Laurent Fabius. Ils ont été côte à côte dans le gouvernement Jospin en 2000. Aujourd'hui, ils sont côte à côte dans la campagne. Ils s'appellent 10 fois par jour. Quand le téléphone de Claude Bartolone sonne, c'est souvent Laurent Fabius qui est au bout du fil (son). ça c'était des encouragements, avant un meeting. De temps en temps, Claude Bartolone joue les coach. Son atout, c'est qu'il est un peu tout le contraire de Laurent Fabius (interview). Autre candidat, autre style, autour de Dominique Strauss Kahn. Ce n'est pas un ami qui veille... mais un "penseur" : Jean-Christophe Cambadélis est tombé dans la potion politique tout petit, c'est un stratège. Le député de Paris conseille DSK, mais de loin (interview). Et puis, il y a celui qui veille sur Ségolène Royal. Un fin connaisseur des arcanes du parti socialiste. Celui là, c'est Patrick Menucci, vice-président du conseil régional de PACA. C'est lui qui a permis à Ségolène Royal de faire le hold-up du siècle sur le parti. Au début, dans les déplacements de la candidate, on le voyait faire barrage de son corps pour protéger sa favorite des mouvements de foule. Depuis, le clan Royal s'est organisé. Il y a des gardes du corps et Patrick Menuci peut se concentrer sur les méandres du parti (interview). Ce que Patrick Menucci ne dit pas, c'est qu'il continue d'être aux petits soins pour Ségolène Royal. Il est toujours dans son ombre, prêt à lui donner un verre d'eau, à ouvrir les fenêtres pour qu'elle n'ait pas trop chaud. C'est un "mécano" au coeur tendre. Un dossier d’Anne-Laure Dagnet.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.