La mosquée de Reims.
La mosquée de Reims. © Radio France / Carine Bécard

Il y a un mois aujourd'hui, quatre millions de personnes défilaient en France pour défendre les principes de la République : la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité ! Alors, la loi de 1905 est-elle difficile à appliquer ? Les maires, dans les communes, ont-ils du mal à la faire respecter ? Reportage de Carine Bécard à Reims.

La ville où Clovis a été baptisé et où les rois de France ont été sacrés… Bref, une ville aux racines chrétiennes indélébiles. Mais peu importe ! A Reims aujourd'hui, dans les cantines gérées par la municipalité, des menus "sans porc" sont systématiquement proposés. À l'école primaire Joliot-Curie, dans le quartier Croix-Rouge, les élèves de culture musulmane sont largement majoritaires. La directrice de l'école, Corinne Suissy nous raconte comment cela se passe au moment des repas :

Les enfants font des remarques par rapport à ceux qui mangent du porc.

"Ce que l'on veut" ? Pas tout à fait, en réalité. La ville de Reims sert 8 000 repas par jour, dont des menus de substitution quand est prévu du porc. Mais c'est tout ! Véronique Marchet, première adjointe en charge des questions d'éducation, a décidé qu'elle n'irait pas plus loin :

On doit quand même pouvoir autoriser une partie de la population à suivre ses préceptes.

Arnaud Robinet, le maire, fait lui aussi une application "très stricte" de la loi sur la Laïcité. Pendant sa campagne pour les élections municipales, par exemple, une affaire avait fait du bruit. Il s'était fait interpeller publiquement par des musulmans qui réclamaient des créneaux horaires particuliers pour les femmes dans les piscines :

Je leur ai dit : ce type de propos, c'est du communautarisme !

À La mosquée de Reims, toute neuve, la plus grande de France, personne n'a contesté. D'ailleurs, cette communauté (25 000 personnes, 14% de la population) reconnaît que les élus rémois sont plutôt de "bonne composition". Pourtant, vous allez entendre que le sujet de la piscine reste sensible. Ahmed El Mcherfi, l'un des responsables de la Mosquée de Reims :

Il faut savoir qu'à Reims, il y a des créneaux de piscine pour les nudistes. Pourquoi ne trouve-t-on pas légitime d'avoir des créneaux réservés aux femmes ?

Dialoguer avec toutes les communautés

En fait, quelles que soient les communautés, toutes ont toujours la tentation de demander quelque chose. Les élus, eux, doivent résister ! Il y a quelques années, la synagogue de Reims avait en partie brûlé accidentellement. Le maire de l'époque a refusé, au nom de la loi de 1905, de prêter une salle communale pour la prière.Le responsable de la sécurité de la synagogue s'en souvient encore :

La réponse qu'il a faite était la bonne réponse, mais il aurait pu l'accompagner de quelques conseils...

Il est vrai que la loi sur la laïcité n'édicte pas des règles précises. Elle ne donne pas au maire une liste d'actions "à faire" et "à ne pas faire". Mais l'équipe municipale de Reims estime que ce texte est suffisamment clair. Face à un éventuel "nouveau" problème, Arnaud Robinet - catholique, un grand-père musulman, une grand-mère juive et marié à une protestante - reconnaît qu'il n'aura pas peur de dialoguer avec toutes les communautés.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.