Comment conserver la mémoire de la déportation des Juifs d'Europe ? L'Institut national de l'audiovisuel, l'INA, et la Fondation pour la mémoire de la Shoah se sont associés pour lancer les "Mémoires de la Shoah", à travers 110 témoignages filmés. Il y a urgence à enregistrer les témoignages des survivants de la Shoah. Car le temps passe. D'ici 20 ans, les témoins directs auront tous disparu. Serge Klarsfeld, l'infatigable pourchasseur de nazis, Président de l'association des fils et filles de déportés juifs de France, fait partie des interviewés, comme témoin, et comme acteur de la mémoire. Aujourd'hui, enregistrer ces témoignages paraît une évidence, mais cela n'a pas toujours été le cas (interview Serge Klarsfeld). Les fonds les plus connus sont le fond Yale, ou le fond Spielberg, qui a collecté plusieurs dizaines de milliers d'entretiens. En France, la Mairie de Paris, l'Union des déportés d'Auschwitz, ont aussi entrepris leur propre collecte. Quelle est la spécificité de ce nouveau fond ? D'abord, le choix des témoins. La Fondation pour la mémoire de la Shoah les a voulus représentatifs des différents aspects de la déportation en France. Rappelons que 76 000 juifs de France ont été déportés, et que 3% sont revenus. Les témoins sont des déportés, enfants de déportés, enfants cachés, Justes, résistants juifs, déportés de la résistance. Les parents de Claire Schwartz et sa soeur sont morts en déportation. Elle se souvient du 16 juillet 42. C'était la rafle du Vel d'Hiv, elle avait 13 ans (interview). Tout le monde peut écouter ces témoignages. 20 entretiens ont été mis en ligne sur le site ina.fr. Et tous ceux, chercheurs, étudiants, qui ont un objet d'études lié au sujet, peuvent consulter l'intégralité des 300 heures d'entretiens, notamment grâce à un outil de navigation développé par l'INA. (Démonstration sonore) Les entretiens sont intégralement retranscrits, permettant ainsi de naviguer facilement dans des témoignages qui durent 3 heures en moyenne. Cette durée, c'est ce qui a permis de libérer la parole des témoins. Ecoutez Florence Fanelli, la responsable du projet à l'INA. Elle a supervisé les entretiens (interview). Un dossier de Corinne Audouin. Pour consulter ces entretiens, le site de l’INA, ina.fr, allez dans la rubrique « Apprendre », ensuite cliquez sur « aller plus loin » puis sur « entretiens interactifs »

liens

Lien direct pour accéder aux entretiens sur le site de l'INA

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.